A Paris, Affelnet n’en finit pas d’agoniser