Union locale du 17eme et du 8eme arrondissement

Union Locale 8-17

Bienvenue sur le site de l’Union locale des 8ème et 17ème arrondissements de Paris.

 Nos exigences :

  • Que les efforts pour équilibrer la mixité scolaire soient poursuivis
  • Que la sécurité aux abords des établissements scolaires soit renforcée
  • Que toutes les mesures pour lutter contre la pollution soient prises
  • Que les réformes nécessaires liées à l’enseignement à distance soient mises en place
  • Qu’aucun enfant ne soit laissé au bord du chemin par manque de moyens ou d’implication de la communauté scolaire

Notre action repose sur trois piliers : la transparence, l’esprit collectif et l’ouverture.

La transparence : La mise en place d’un système organisé qui garantit que toutes les idées constructives et nouvelles des parents d’élèves seront examinées de manière efficace.
L’esprit collectif : La concertation dynamique, sous forme de débats libres, relative à des décisions aussi bien à échelle locale que  nationale de la FCPE.
L’ouverture : Toutes les mesures décidées devront être acceptables par la grande majorité des parents d’élèves concernés et iront dans le sens du “bien commun”.


Retrouvez-nous

Prochains rendez-vous des Unions locales
Pas d'évènements à venir pour cette union locale

Actualités de l'Union locale
  • QUESTIONS AUX CANDIDATS – REGION ÎLE-DE-FRANCE

    7 mai 2021

     La parole à Audrey PULVAR  https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/2020-05-07-La-parole-a-Audrey-PULVAR.pdf

    Le bassin scolaire 8-17 couvre sept lycées dans le 8ème et le 17ème arrondissement : Carnot, Chaptal, Jean Drouan , Ecole Nationale de Commerce, Honoré de Balzac, Maria de Raismes et Racine.

    Les évènements que nous avons vécus après le 1er confinement, l’enseignement 50-50, la réforme AFFLENET, les épreuves du BAC et PARCOURSUP ont sérieusement impacté le cursus de nos enfants. Ainsi des revendications nouvelles sont apparues auxquelles les élus, même s’ils ont été à l’écoute, n’ont pu apporter de solutions concrètes le plus souvent pour des raisons budgétaires qui n’avaient pas été anticipées.

    Nos établissements sont en sureffectifs avec des classes de plus de 30 élèves, les chantiers de rénovation sont en retard et les délais de construction sont trop longs.

    Les mairies d’arrondissement sont en charge des établissements du 1erdegré, la mairie de Paris des collèges et la Région des lycées. La perspective des élections régionales nous amène à interroger les candidats sur leurs projets et sur leurs conséquences pour les lycéens de notre bassin scolaire.

    1. Mixité sociale et scolaire :

    Paris est l’une des académies les plus ségréguées de France. Nul ne peut donc considérer que la situation actuelle, malgré les efforts qui ont été réalisés, soit satisfaisante.

    Audrey PULVAR : Comment envisagez-vous de renforcer la convergence des politiques publiques mises au service de la réussite de tous les élèves (classes CHAM et CHASE, rénovation des bâtiments, projets culturels et sportifs…) ?

    Il faut une meilleure concertation des politiques éducatives entre tous les acteurs : région, rectorat, parents d’élèves, proviseurs et représentants des enseignants. Ce n’est que comme cela que l’on peut avancer. Tous les interlocuteurs nous ont parlé d’une dégradation de ce dialogue sous le mandat de Valérie Pécresse. Elle n’a réuni que de manière très sporadique le conseil interacadémique. C’est pourtant cette instance de dialogue qui permet la convergence que vous appelez de vos vœux. Nous souhaitons restaurer cette écoute et faire en sorte que la Région soit plus près du terrain.

    Il faudra aussi s’assurer que les élus siègent régulièrement dans les conseils d’administration et se fassent les relais des problèmes. L’opposition sous cette mandature a accepté de ne pas siéger pour ne pas laisser entrer le Rassemblement National dans nos lycées, mais les élus régionaux de droite ne siègent jamais pour la grande majorité d’entre eux. C’est un problème. Cela ne concerne pas votre secteur mais l’exemple de la fermeture du lycée Rabelais est symptomatique de la dernière mandature et de ces problèmes de gestion qui nuisent aux établissements et à leurs élèves et in fine à leur attractivité. Des lycées mieux gérés, ce sont des lycées dans lesquels les élèves souhaitent aller.

    Pour ce qui est du sportif et du culturel, il faut aussi d’avantage ouvrir nos équipements sportifs hors temps scolaire pour ancrer le lycée dans la cité et il faut remettre en place une politique culturelle ambitieuse, en lien avec le rectorat, avec des résidences d’artistes par exemple. C’est comme cela que la Région peut jouer son rôle pour renforcer l’attractivité des établissements scolaires et lutter contre la ségrégation que vous évoquez.

    Pour ce qui est de tous les dispositifs de réussite des élèves, la Région renforcera les moyens de la lutte contre le décrochage scolaire. Elle peut le faire par les dotations qu’elle donne aux établissements qui s’engagent sur ces sujets. Il faudra aussi que la Région défende les dotations globales horaires et les options disponibles et ne fasse pas systématiquement l’autruche lorsque le ministre décide de suppressions de poste. Il faut une région qui protège face à la politique comptable de l’Éducation nationale qui, depuis 2017, aggrave la ségrégation scolaire. Durant cette mandature, à chaque fois que l’opposition a demandé à Valérie Pécresse de prendre position face à des fermetures de classe, de filières professionnelles, elle a fait la sourde-oreille.

    2. Architecture & patrimoine scolaire :

    L’équilibre de la mixité scolaire passe par l’attractivité des lycées. Pour arriver à cet objectif la région doit investir massivement dans la rénovation et l’entretien des établissements et la création de nouveaux lycées voire des internats. 

    Où en sommes-nous et quel est votre projet dans notre bassin scolaire pour les six prochaines années ?

    Audrey PULVAR: Avant de parler d’investissements, il faut d’abord que les lycées puissent fonctionner au jour le jour et être entretenus. La Région met de moins en moins d’argent sur la table, année après année, dans le budget de fonctionnement des lycées, alors que la population des établissements augmente. Pour ce qui vous concerne, c’est le cas au lycée Racine (-27€ par élève), Balzac (-29€), Carnot (-23€) et à l’école internationale de commerce (-2€). La chambre régionale des comptes elle-même le dénonçait l’an dernier car ce sont des économies de court-terme sur des postes de dépense essentiels.

    Mais vous avez raison, malgré les grands chiffres annoncés par Valérie Pécresse sur les travaux, en réalité ils n’avancent pas. Le pôle lycée qui a subi de très nombreuses réorganisations, est désorganisé et travaille mal. Sauf erreur de notre part, pour ce qui vous concerne, nous constatons que la rénovation de la demi-pension du lycée Racine, votée en 2012, n’est pas encore achevée, que la rénovation du pôle science du lycée Chaptal, votée en 2012, n’a pas démarré, que le l’internat du lycée Balzac n’est pas encore livré et que la rénovation thermique du même établissement, décidée en 2017 n’a pas encore été lancée. Les travaux décidés en 2012 devraient être terminés. Nous accumulons trop de chantiers à faire et il faut commencer par s’occuper de ce passif. Rappelons qu’au même moment, les opérations de rénovation des lycées privés financées par la Région Île-de-France augmentent de manière exponentielle. C’est inacceptable.

    Sur Paris, étant donné la faible progression démographique attendue, il faut surtout travailler à rénover les établissements et à créer des internats, qui sont un vrai moteur de réussite. Les internats n’ont malheureusement pas été la priorité de Valérie Pécresse. Elle avait promis la réalisation de deux internats sur Paris en 2017 mais aucun projet n’a été lancé durant la mandature. Il faudra s’y atteler, malgré la complexité évidente liée au manque de foncier.

    3. Pollution :

    Contrairement à la réglementation sur la surveillance de la qualité de l’air à l’intérieur des établissements publics, les établissements d’enseignement du second degré ne sont toujours pas équipés alors que c’est une obligation depuis le 1er janvier 2020.

    Quels sont vos engagements sur la mise en place des moyens de surveillance et sur les mesures pour lutter contre la pollution ?

    Audrey PULVAR:Cela fait des mois que des conseillers régionaux de l’actuelle opposition demandent des mesures en ce sens. Des mesures de qualité de l’air ont eu lieu en réalité mais la communication des résultats a été purement et simplement refusée aux conseillers régionaux. Il a également été demandé que la Région investisse dans des purificateurs d’air et dans des capteurs de CO2. Là encore, nous nous sommes heurtés à un mur. C’est incompréhensible, ces mesures devraient faire consensus.

    Nous travaillons actuellement à un programme qui sera très prochainement rendu publique et qui comprendra un plan ambitieux de lutte pour l’amélioration de la qualité de l’air dans les établissements.

     4. Santé :

    Nous manquons de médecins, de psychologues et d’assistant(e)s sociales rattaché(e)s aux lycées. La pandémie nous a permis de constater le manque de moyens, des chefs d’établissement qui essayaient d’appliquer les protocoles sanitaires. L’Agence Régionale de Santé Ile-de-France s’est montrée inefficace pour mettre en place des tests ciblés (surveillance des eaux usées, contrôle de la mise en place du protocole sanitaire).

    Quelle est votre proposition en termes de moyens et d’organisation ?

    Audrey PULVAR: La médecine scolaire en elle-même est du ressort exclusif de l’éducation nationale et la première des choses à faire est d’aller porter publiquement ce problème auprès des services de l’État. Il y a des postes de médecins et d’infirmiers qui sont créés et qui ne trouvent pas preneurs. Il faut trouver des solutions innovantes pour rendre ces postes attractifs mais cela doit passer par l’Éducation nationale.

    Par contre la Région doit prendre sa part dans son champ de compétence.

    D’abord, en donnant suffisamment de moyens aux établissements pour le protocole sanitaire, ce qui rejoint ce que nous évoquions au premier point. Les fonds covid prévus par la Région sont totalement insuffisants. L’ARS étant un service de l’État, la Région peut seulement combler certains de ses manques mais ne peut pas entièrement remplacer l’État et le gouvernement, qui se sont montrés totalement défaillants dans la gestion de crise.

    Ensuite, en allant beaucoup plus loin sur la prévention en direction des jeunes, qui a été un peu délaissée depuis 5 ans. A travers Île-de-France Santé Sida et le Centre Hubertine Auclert, nous avons deux très beaux organismes régionaux dont les moyens ont été malheureusement diminués et qui peuvent être utilisés pour renforcer les actions de prévention par des associations et des professionnels agréés dans les lycées. Il faut faciliter la circulation de ces acteurs dans les établissements. Il faudra aussi engager un grand travail sur le ressenti des jeunes sur la crise sanitaire, sur ce qu’ils ont vécu, pour qu’ils puissent individuellement et collectivement le verbaliser. La région peut envisager des programmes en ce sens, à destination des lycéens mais aussi des apprentis et des étudiants.

    5. Restauration scolaire :

    Les contraintes liées à la distanciation ont révélé des lacunes sur le plan du maintien du service. Dans certains cas des enfants ne pouvaient plus déjeuner et les contraintes horaires ne leurs permettaient pas de rentrer chez eux.  La qualité des repas s’est dégradée sous prétexte que les prestataires augmentaient les prix.

    Comment éviter que ce désastre se réédite ?

    Audrey PULVAR: C’est grâce à la pression de conseillers régionaux de l’actuelle opposition à la Région Île-de-France que Valérie Pécresse a mis en place, de manière malheureusement chaotique, l’aide financière aux familles des élèves demi-pensionnaires pendant le confinement. Cette aide aurait dû être indexée sur le quotient familial pour une plus juste répartition et qu’elle aide davantage les familles qui sont le plus dans le besoin.

    Pour une raison qui nous échappe elle s’est malheureusement arrêtée là. Des élus n’ont cessé de lui réclamer un plan de continuité de la restauration scolaire, qui devait reposer sur un principe simple : des aménagements (et parfois des travaux) pour le respect strict du protocole sanitaire dans les cantines, la sélection de prestataires pour livrer des panier repas, préférablement chauds, à tous ceux qui n’ont pas accès à la cantine (demi-jauge ou cantine fermée). Enfin, ce plan aurait aussi prévu une aide financière systématique dans les cas de fermeture nécessaire des cantines et d’impossibilité de distribution de paniers. Ce n’est pas un vœu pieu, cela se fait ailleurs qu’en Île-de-France.

    Et au-delà, cette situation dans les cantines a joué comme un révélateur du manque structurel d’agents de cantines et de maintenance dans nos établissements. Les agents sont âgés, ils sont souvent absents en raison des pathologies liées à l’exercice de leurs métiers manuels et il faut un plan d’embauche. De nombreuses fermetures ont eu lieu car la Région n’a pas de solution de remplacement des absents.

    6. Enseignement des langues étrangères :

    En 2030, lorsque nos enfants arriveront sur le marché du travail ils ne sauront toujours pas s’exprimer en anglais et encore moins dans les langues pratiquées dans les échanges avec les pays des BRICS dont le PIB aura doublé (Portugais, russe, mandarin…). La Région pourrait accompagner la création des nouvelles sections internationales implantées, dans la mesure du possible, dans les établissements souffrant d’un déficit d’attractivité.

    Avez-vous un projet concernant l’enseignement des langues dans notre bassin scolaire ?

    Audrey PULVAR : L’apprentissage des langues doit évidemment être au cœur des enjeux pédagogiques et la France traîne sur ce sujet un retard qui la pénalise. Depuis Jean-Paul Huchon, la Région a lancé la création de lycées internationaux, comme celui de Noisy-le-Grand. Cette politique il faut effectivement la poursuivre, en particulier dans des secteurs qui manquent d’attractivité.

    La Région Île-de-France propose une application d’apprentissage des langues qui fonctionne bien et peut intervenir auprès du rectorat pour l’encourager à ouvrir des sections internationales et des postes de langues étrangères mais nous ne pouvons pas créer nous-même de postes. Et plus l’on détruit de postes de professeurs, moins ces langues seront disponibles car ce sont les premiers postes à être supprimés, car jugés moins essentiels que les autres. C’est malheureusement la politique d’Emmanuel Macron et de Jean-Michel Blanquer.

    La Région peut par contre favoriser et financer les projets des professeurs comme les séjours à l’étranger ou les échanges. Nous travaillerons à les faciliter et à les multiplier.

    7.Sport scolaire :

    Depuis des décennies, Paris constitue l’un des territoires les plus pauvres en installations sportives (12 installations pour 10 000 habitants). C’est l’accès aux piscines qui soulève le plus de difficultés. Les piscines sont un des équipements les plus sollicités et les plus fréquentés : à Paris, elles sont trois fois plus utilisées que ce qui est recommandé. Dans notre bassin, elles sont trop souvent fermées pour des travaux qui s’éternisent.

    Quelles sont vos propositions ?

    Audrey PULVAR : L’accès aux activités sportives et à la natation en particulier est un enjeu majeur dans la région Île-de-France. 1 jeune sur 2 en Seine-Saint-Denis ne sait pas nager, faute d’accès à une piscine.

    La Région Île-de-France doit accélérer ses programmes de rénovation et de remise à niveau des équipements des lycées et elle finance les équipements municipaux, notamment à travers un plan piscine qui avait été mis en place par la gauche. Ce plan n’est pas suffisamment utilisé.

    C’est aussi le sens de la politique qui est menée dans le cadre des JOP 2024, qui vont permettre à la région de se doter d’équipements neufs pour ses jeunes.

    La Région ne dispose par contre pas en propre de compétences pour construire elle-même des piscines. Il est par contre souhaitable de multiplier les déplacements de classes dans les bases de loisirs régionales qui disposent de points de baignade et d’équipement sportifs.

    Nous regrettons enfin que la Région Île-de-France ait largement diminué sa distribution de tickets-loisirs aux enfants les plus défavorisés, à travers les mairies d’arrondissement, qui permettaient justement d’améliorer l’accès des jeunes parisiennes et parisiens aux infrastructures de sports et de loisirs de la région.

     8. Numérique : de la fracture aux inégalités.

    Il existe un fossé séparant ceux qui bénéficient de l’accès à l’information numérique (les infos-riches) et les autres, ceux qui demeurent privés de contenus et des services que ces technologies peuvent rendre. La dotation, annoncée par la région,, en terminaux informatiques à tous les élèves qui en éprouvaient le besoin a été partiellement suivie. Les demandes sont toujours en attente de réponse, un an après le premier confinement.

    Quelles sont les mesures concrètes sur lesquelles vous pouvez formellement vous engager pour compenser les inégalités sur la gratuité de l’accès aux services Internet et sur les moyens pour les élèves pour lesquels c’est un obstacle ?

    Audrey PULVAR: Depuis 2019 la politique de Valérie Pécresse concernant le « 100% numérique » pose un certain nombre de problèmes. Nous estimons qu’elle a été réalisée dans l’improvisation la plus complète, tout en engageant des sommes énormes (plus de 180M€), sans donner les résultats escomptés. Les tablettes ont prouvé qu’elles étaient inadaptées au travail en classe, les ordinateurs peinent encore à être livrés, quand ce n’est pas le WIFI qui est absent ou mal calibré. Ce matériel fait souvent doublon chez les familles déjà équipées. Résultat : du matériel qui prend souvent la poussière, d’autant que les professeurs ne sont pas formés à leur usage.

    Cela ne veut bien entendu pas dire qu’il ne faut pas lutter contre la fracture numérique mais il faut s’y prendre autrement. Il faut premièrement s’assurer que les familles aient une connexion réseau pour le travail à la maison, et distribuer des clés 4G au besoin. Il faut cibler la politique de distribution d’ordinateurs chez ceux qui n’en ont pas. Le matériel doit être simple d’utilisation mais efficace pour le travail, avec assez de mémoire et de puissance pour permettre son utilisation pour les études.

    Nous utilisons tous aujourd’hui collectivement trop nos écrans et cela a des conséquences graves sur la santé de nos enfants. Nous ne pensons pas que ces équipements individuels doivent faire l’objet d’une utilisation systématique en classe. Il faudra coconstruire la politique numérique avec les enseignants. Nous distribuons du matériel individuel mais nous abandonnons les salles informatiques qui permettent aux professeurs d’installer leurs logiciels, d’utiliser leurs propres méthodes et de déployer leur pédagogie. C’est inefficace. Il faut partir des besoins des familles et des enseignants pour construire une politique numérique et non l’inverse.

    Enfin il faudra impérativement engager une discussion avec le rectorat pour la formation continue des enseignants aux nouvelles pédagogies numériques et travailler à l’amélioration de l’ENT régional.

    9.Vos autres propositions Audrey PULVAR : Notre programme est actuellement en cours de réalisation mais s’orientera en matière d’éducation sur les priorités suivantes (qui apparaissent en fil-rouge ici dans nos réponses) : des lycées ouverts vers le monde associatif, culturel et sportif, des lycées rénovés et adaptés au réchauffement climatique (il faut impérativement multiplier les îlots de fraicheur), un renouvellement de la politique numérique, la lutte contre le décrochage scolaire et un projet éducatif régional tourné vers la culture, la laïcité, la citoyenneté et l’égalité femmes-hommes

    Notre programme est par ailleurs le fruit d’une démarche participative, à laquelle nous vous convions, en réagissant ou en formulant vos propres propositions à cette adresse

    https://www.iledefranceencommun.com/

                     

  • Lettre ouverte au Directeur Académique Groupe Scolaire CARNOT Exemplaire

    12 mars 2021

    Monsieur le Directeur Académique, Nous vous prions de trouver ci-attachée une lettre ouverte dont vous êtes destinataire ainsi que les motions qui ont été présentées aux CA du Lycée et du Collège Carnot. Notre Proviseur Monsieur Jean Claude DEVAUX et son équipe font des prouesses avec des DHG en baisse régulière ; nous avons perdu 48 heures en l’espace de 4 ans, il va certainement revenir vers vous pour vous faire part de nos doléances. Comme vous le savez, les élèves ont pris un retard considérable l’année dernière à la suite de la pandémie et aux contraintes qu’elle a créées pendant le confinement et auprès des enseignants qui ont été touchés. Les heures perdues ne seront pas rattrapées et l’écart va se creuser entre les élèves issus de familles favorisées et de ceux de familles d’un niveau de position sociale plus modeste. Comme vous pourrez le constater dans la répartition des coefficients CAF retenus pour la cantine, en dehors d’un tiers à qui le tarif 10 est appliqué, le profil des parents ressemble à la moyenne parisienne. Considérer uniquement la moyenne d’IPS, nouvelle nomenclature, nous parait injuste car ce critère ne permet pas d’apprécier le profil de chaque établissement avec ses inégalités.  Même si l’IPS est un progrès la méthodologie est encore contestable et mériterait une consultation avec les représentants des parents d’élèves les plus compétents dans ce domaine. Nous en avons parmi les administrateurs de la FCPE 75. Je vous prie de croire, Monsieur Recteur Académique, en l'assurance de mes respectueuses salutations. Philippe NOURY Vice-Président Conseil Local Elu au CA du Collège PJ : Lettre ouverte 3 pages http://[pdf-embedder url="https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/03/2021-03-08-DHG-Citee-Scolaire-CARNOT-.pdf"] PJ 2: Motion Collège 4 pages https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/03/Motion-FCPE-College-CARNOT-CA-du-9-f pageevrier-2021.pdf PJ3. : Motion Lycée 1 page https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/03/Motion-deFCPE-KLyee-Carnot.pdf

  • Lettre ouverte au Directeur Académique Groupe Scolaire CARNOT

    10 mars 2021

    [pdf-embedder url="https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/2020-08-03-MEMO-réunion-Marie-du-17-.pdf"]Monsieur le Directeur Académique, Nous vous prions de trouver ci-attachée une lettre ouverte dont vous êtes destinataire ainsi que les motions qui ont été présentées aux CA du Lycée et du Collège Carnot. Notre Proviseur Monsieur Jean Claude DEVAUX et son équipe font des prouesses avec des DHG en baisse régulière ; nous avons perdu 48 heures en l’espace de 4 ans, il va certainement revenir vers vous pour vous faire part de nos doléances. Comme vous le savez, les élèves ont pris un retard considérable l’année dernière à la suite de la pandémie et aux contraintes qu’elle a créées pendant le confinement et auprès des enseignants qui ont été touchés. Les heures perdues ne seront pas rattrapées et l’écart va se creuser entre les élèves issus de familles favorisées et de ceux de familles d’un niveau de position sociale plus modeste. Comme vous pourrez le constater dans la répartition des coefficients CAF retenus pour la cantine, en dehors d’un tiers à qui le tarif 10 est appliqué, le profil des parents ressemble à la moyenne parisienne. Considérer uniquement la moyenne d’IPS, nouvelle nomenclature, nous parait injuste car ce critère ne permet pas d’apprécier le profil de chaque établissement avec ses inégalités.  Même si l’IPS est un progrès la méthodologie est encore contestable et mériterait une consultation avec les représentants des parents d’élèves les plus compétents dans ce domaine. Nous en avons parmi les administrateurs de la FCPE 75. Je vous prie de croire, Monsieur Recteur Académique, en l'assurance de mes respectueuses salutations. Philippe NOURY Vice-Président Conseil Local Elu au CA du Collège PJ : Lettre ouverte 3 pages http://[pdf-embedder url="https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/03/2021-03-08-DHG-Citee-Scolaire-CARNOT-.pdf"] PJ 2: Motion Collège 4 pages https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/03/Motion-FCPE-College-CARNOT-CA-du-9-f pageevrier-2021.pdf PJ3. : Motion Lycée 1 page https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/03/Motion-deFCPE-KLyee-Carnot.pdf

  • AFFELNET : A l’ordre du jour au Conseil de Paris

    6 mars 2021

    Séance du Conseil de Paris des 9, 10 et 11 mars 2021 VŒU à la Maire de Paris.

    Relatif à l’affectation des élèves de 3ème dans les lycées Présenté par Valérie Montandon et les élus du groupe Changer Paris*

    *signé par 15 Conseillers de Paris dont 9 de notre bassin 8-17

    http://[pdf-embedder url="https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/Voeu-Affelnet-V.Montandon.pdf"]

  • COLLEGE MALLARME Bonnes nouvelles

    2 mars 2021

    Monsieur le Maire

    Cher Geoffroy,

    Le Rectorat de Paris nous informe que notre opposition sur une ouverture de classe supplémentaire en 6ème à la rentrée prochaine, a été entendue (Cf : CA du 8 février 2021 en présence de Philippe GUERRE) et qu’il a été décidé de rester sur le dispositif actuel.  Cet établissement où les classes sont bondée et la circulation est déjà difficile ne peut pas accueillir plus d’élèves.

    Vous devez vous rendre sur place vendredi 5 mars à 9h avec Marc TEULIER « DASEN écoles et collège » pour faire le point sur les travaux.

    Reste le sujet concernant le projet de création d’une cuisine qui serait gérée par la Caisse des Ecoles et son incidence sur la cantine du Collège.

    Nous vous remercions vivement pour votre intervention et les résultats qui sont déjà appréciables.

    Bien cordialement

    Philippe NOURY Vice-Président UL 8-17 FCPE C/c  Mairie  du 17ème : Géraldine ROUAH ZANGRILLI , Philippe GUERRE et Fabien SIMON FCPE ;Hakima ALAOUI Présidente UL 8-17, Marie FAIVRE et Isabelle BRISON Co-présidente CL MALLARME

  • Une légère baisse de DHG qui cache la vérité

    11 février 2021

    Il est difficile de comprendre de comprendre pourquoi notre bassin bénéficiait d’une hausse de DHG pour 2020-2021 alors que dans le projet 2021-2022 on revient à la situation de 2019-2020. https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/02/Evolution-DHG-selon-les-colleges-bassin-8-17.pdf

  • DHG Collège CARNOT

    11 février 2021

    Nous partageons les motions et les lettres ouvertes des collèges situés dans notre bassin scolaire. Collège CARNOT 75017 https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/Motion-FCPE-College-CARNOT-CA-du-9-fevrier-2021.pdf

  • Une baisse de DHG peut impacter l’apprentissage des langues

    8 février 2021

    Il est difficile de comprendre de comprendre pourquoi notre bassin bénéficiait d’une hausse de DHG pour 2020-2021 alors que dans le projet 2021-2022 on revient à la situation de 2019-2020. https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/02/tableau-evolution-DHG-bassin-8-17.pdf

    Jean-Michel BLANQUER au cours d’un brillant oral dans le cadre de la réunion organisée 29 mai 2018 dans le 17ème   arrondissement à l'hôtel IBIS s’est exprimé sur son projet. Nous sommes restés dubitatifs sur la stratégie et sur le calendrier. Le Ministre nous présentait un bilan objectif mais catastrophique de la situation scolaire. A croire que ceux qui l'avaient précédé étaient des incapables.

    Dans son livre « Construisons ensemble l'école de la confiance. » il donnait la priorité à la maternelle et l'élémentaire. Mais pour le collège il annonçait un effort sur les langues vivantes avec le retour des classes bi-langues dès la sixième dans tous les collèges, des classes européennes. Il ajoutait que les langues mortes seraient rétablies mais à l'initiative des chefs d'établissements et selon leurs moyens.

    La commission Académique langues vivantes de Paris, réunie 18 décembre 2018 à la Sorbonne, nous confirmait ces objectifs ambitieux sur l’enseignement des langues vivantes avec des moyens conséquents. Au collège à partir de la classe de 5ème l’enseignement des langues devait passer de 6 h à 7h30.

    A titre d’exemple :  Au Collège CARNOT, nous observons qu’en 6ème nous avons 4 heures en LV1anglais et 3 heures en LV2 allemand et chinois soit un total de 7h. A partir de la 5ème nous perdons 1 heure en LV1 et ½ heure en LV2. Sur la base de deux langues vivantes nous arrivons à 5h30. Par rapport aux 7h30 prévues il manque 2h par semaine et par classe de la 5ème à la 3èmeAu total cela représente 21h ½.

    http://[pdf-embedder url="https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/02/Evolution-DHG-selon-les-colleges-bassin-8-17.pdf"]

    Si le Collège Boris Vian arrive à gagner quelques heures, les 9 autres établissements sont perdants.

    A la rentrée 2020-2021, nous avons dû absorber les nouveaux arrivants si bien que les classes sont saturées et parfois au-dessus du seuil.  Cette augmentation s’explique par plusieurs facteurs qui n’étaient pas prévus : composition des familles s’installant dans le nouveau quartier « Martin Luther King », retour dans notre quartier de familles expatriées pour donner suite aux évènements du Liban et du Brexit, baisse du pouvoir d’achat des parents (perte d’emploi, chômage partiel…) qui quittent les établissements privés pour le public, arrivée de nombreux élèves internes au Collège la Rose Blanche.

    A la rentrée 2021-2022, cette vague va s’amplifier dans notre bassin 8-17 et il faudra ouvrir des classes supplémentaires partout où cela est possible.

    La diminution des DGH à la rentrée prochaine dans des établissements aux classes déjà surchargées, avec par exemple 33 élèves par classe au collège Mallarmé pour la rentrée 2021-2222, nous mène à l’échec scolaire et à sacrifier toute la génération d’étudiants nés après 2007, pour soutenir ceux nés avant. « Déshabiller Paul pour habiller Jacques ».

    En conséquence nous exigeons :

    • Dans les meilleurs délais, que la DHG en Langues Vivantes soit revue à la hausse dans les 10 collèges du bassin en conformité au projet Académique.
    • Dès la rentrée 2021-2022, que de nouvelles classes soient ouvertes dans les collèges du bassin 8-17.
    • Enfin que les chefs d’établissements veillent à ne pas dépasser pas le seuil de 30 élèves par classe ce qui est déjà élevé.

  • La FCPE  demande à  Jean CASTEX Premier Ministre de renforcer la  sécurité sanitaire à l’école

    13 janvier 2021

    La FCPE  demande à  Jean CASTEX Premier Ministre de renforcer la  sécurité sanitaire à l’école dans un courrier adressé le 8 janvier 2021. https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/01/08-Premier-ministre-Sécurité-sanitaire-à-lécole-Les-parents-demandent-d...-1.pdf

  • CA ouvert aux UL’s organisé par le CDPE 75 le 14/12/2020

    17 décembre 2020

    Comme le modérateur ne nous a pas laissé le temps nécessaire pour nous exprimer nous tenons à partager avec vous le bilan de nos actions dans le cadre de l’UL 8-17 et à vous faire part de notre étonnement.   https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/Note-detonnement-UL-8-17-SuiteCAouvertAuxULsdu14dec20-_HA_17dec20.pdf"

  • Le Conseil Local FCPE Honoré de BALZAC dénonce les violences policières lors du rassemblement du 17 novembre

    22 novembre 2020

    COMMUNIQUE Nous, les parents élus, FCPE, de la Cité Scolaire Honoré de Balzac sommes sidérés par les violences  manifestées envers les élèves ainsi qu’envers leurs enseignants qui souhaitaient alors les protéger. Ils  ont été pris à partie, insultés et molestés. Les lycéens entendaient protester pacifiquement contre le projet de loi pour « la sécurité globale » et  notamment les dispositions, qui permettraient, si elles étaient adoptées, l’invisibilisation des  violences policières et favoriseraient l’impunité de leurs auteurs. Nous pourrions trouver la situation simplement grotesque si elle n’avait donné lieu à de telles  exactions. Mais nous ne pouvons que constater l’état de choc dans lequel nos enfants collégiens et lycéens sont revenus et la panique que cette intervention ainsi que sa disproportion ont suscité face  à un mouvement qui ne mettait personne en danger. Nous voulons dénoncer les auteurs de ces violences mais aussi ceux qui les ordonnent. Nous  dénonçons l’usage systématique de la force contre les mouvements sociaux et particulièrement  contre les lycéens quand ils veulent faire usage de leur liberté d’expression, d’autant plus dramatique en ces temps particulièrement anxiogènes.

    PJ: Courrier d'étonnement par l'Union Locale 8-17 FCPE adressé à Geoffroy BOULLARD Maire du 17ème arrondissement de Paris https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/2020-11-20-UL-8-17-BALZAC-.pdf   

  • REVUE DE PRESSE: Danger exposition aux écrans pour nos enfants

    14 novembre 2020

    Effets des écrans sur nos enfants :  ce que l'on sait-on vraiment

    • Institut national de santé publique du Québec L’utilisation des écrans en contexte de pandémie de COVID-19 — quelques pistes d’encadrement Cliquer ICI 
    • FRANCE INFO L'étude a porté sur 167 enfants atteints de troubles du langage et de 109 qui en étaient indemnes. (MAXPPP) Cliquer ICI 
    •  ARTE  Un documentaire sur le danger de la sous-consommation des écrans chez les plus jeunes Cliquer ICI         
    • FRANCE INTER : L'exposition aux écrans le matin avant l'école augmente le risque de troubles du langage chez l'enfant  Cliquer ICI 

  • LETTRE OUVERTE DU 4 NOVEMBRE 2020

    6 novembre 2020

      Objet : Inquiétudes sur la continuité pédagogique et l’application du protocole sanitaire Att : • C. MAMOU MANY, F. PICART et I. SOURON Inspectrices de l’Education Nationale du bassin 8-17. • J. d’HAUTESERRE et G. BOULARD Maires du 8ème et du 17ème arrondissement. C/c : • C. KERRERO Directeur de la région académique Ile de France, A. DESTRÉS DASEN Paris, • M. TEULIER DASEN Ecoles et Collèges, C. MERCIER-BENHAMOU DASEN Lycées. • A. HIDALGO Maire de Paris, P. BLOCHE Adjoint Maire de Paris. • V. PÉCRESSE Présidente du Conseil Régional Ile-de-France. ttps://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/2020-11-04-LETTRE-OUVERTE.pdf

  • Résultats Elections collèges et lycées 2020-2021

    12 octobre 2020

    Elections des représentants des parents d’élèves collèges et lycées   Malgré les contraintes liées aux mesures de distanciation dans les bureaux de vote et aux conditions de vote, le nombre de suffrages exprimés est nettement en hausse. Cette mobilisation s’explique d’une part sur les conditions du confinement et d’autre part sur les craintes sur la poursuite des enseignements. Cependant les associations de parents d’élèves se sont impliquées d’une manière constructive et les résultats des élections en sont le reflet. Nous tenons à féliciter les équipes de la FCPE qui ont fait un travail remarquable sur le terrain mais aussi les autres associations qui finalement ont le même objectif : le bien-être commun de nos enfants. Le bassin 8ème et 17ème dispose de 10 établissements d’enseignement général dans le second degré (collèges et lycées). La FCPE est la seule association représentée dans tous les Conseils d’Administration de ces établissements.

    • Sur le total des sièges obtenu dans quatre lycées la FCPE est première avec 50% des sièges, la seconde liste obtient 35% et la troisième 15%.
    • Sur le total des sièges obtenus dans les 9 collèges la FCPE est également première avec 40% suivi de la deuxième liste avec 29%.
    • Sur l’ensemble lycées plus collèges la FCPE obtient 35 sièges au CA et la seconde association 26 sièges soit en pourcentage 42% pour la FCPE en creusant un écart de 11 points avec l’association qui se place en seconde position.
    Elections des représentants des parents d’élèves collèges et lycées   Malgré les contraintes liées aux mesures de distanciation dans les bureaux de vote et aux conditions de vote, le nombre de suffrages exprimés est nettement en hausse. Cette mobilisation s’explique d’une part sur les conditions du confinement et d’autre part sur les craintes sur la poursuite des enseignements. Cependant les associations de parents d’élèves se sont impliquées d’une manière constructive et les résultats des élections en sont le reflet. Nous tenons à féliciter les équipes de la FCPE qui ont fait un travail remarquable sur le terrain mais aussi les autres associations qui finalement ont le même objectif : le bien-être commun de nos enfants. Le bassin 8ème et 17ème dispose de 10 établissements d’enseignement général dans le second degré (collèges et lycées). La FCPE est la seule association représentée dans tous les Conseils d’Administration de ces établissements.
    • Sur le total des sièges obtenu dans quatre lycées la FCPE est première avec 50% des sièges, la seconde liste obtient 35% et la troisième 15%.
    • Sur le total des sièges obtenus dans les 9 collèges la FCPE est également première avec 40% suivi de la deuxième liste avec 29%.
    • Sur l’ensemble lycées plus collèges la FCPE obtient 35 sièges au CA et la seconde association 26 sièges soit en pourcentage 42% pour la FCPE en creusant un écart de 11 points avec l’association qui se place en seconde position.
     Nous maintenons nos exigences :
    • Que les efforts pour équilibrer la mixité scolaire soient poursuivis
    • Que la sécurité aux abords des établissements scolaires soit renforcée
    • Que toutes les mesures pour lutter contre la pollution soient prises
    • Que les réformes nécessaires liées à l’enseignement à distance soient mises en place
    • Qu’aucun enfant ne soit laissé au bord du chemin par manque de moyens ou d’implication de la communauté scolaire
    Nous avons fait une partie du chemin, notre objectif est de fédérer tous les parents de notre communauté scolaire en mettant de côté nos convictions personnelles.   Paris, le 12 octobre 2020   Paris, le 12 octobre 2020

  • Votre avis sur les apprentissages au collège depuis le 15 mars 2020

    15 juillet 2020

    Nous avons interrogé les parents d'élèves de 10 collèges situés sur les deux arrondissements 8ème et 17ème et obtenu 539 réponses ce qui nous permet d’avoir une vision significative de la situation. Dans le respect des dispositions à la protection des données personnelles, aucune interprétation des résultats comparative par établissement citant des enseignants, des parents ou des élèves n’a été retenue. Nous avons partagé les expériences positives et les propositions des familles. Cliquez sur ce lien pour obtenir les résultats:

    https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/ENQUETE-COLLEGES-POST-CONFINEMENT.pdf

    1. Intégrer les enfants laissés sur le bord du chemin ou en situation de handicap.

    2.Limiter les accès aux écrans et interdire la connexion aux sites prohibés pour les enfants.

    3.Sensibiliser les parents sur leur responsabilité quant à l’utilisation des réseaux sociaux par leurs enfants.

    4. Imaginer des solutions B, C … pour réagir en fonction de l’évolution des contraintes sanitaires.

    Aspect technique

    5. Financer des solutions pour éviter la fracture numérique (y compris l’accès à une connexion internet).

    6. Editer un guide des outils numériques et une charte d’utilisation.

    7. Créer un portail ou une application qui cadrerait l’utilisation des outils numériques proposés en permettant de créer des alertes ou un traçage des tâches effectuées ( temps de connexion, résultats des QCM, fréquentation de chaque module, répétitions en fonction du niveau d’acquisition ).

    8. Mettre en place une assistance technique pour les utilisateurs ( tutoriels, hot line , manuel…) Formation et contenu

    9. Former les enseignants aux nouveaux outils pédagogiques.

    10. Associer les parents dans le process d’enseignement à distance. et instaurer une méthode permettant de soulager les parents ( qui fait quoi?).

    11. Relayer vers l’outil CNED quand les cours qui ne peuvent pas être dispensés ( absence de l’enseignant ou manque d’enseignants dans certaines matières notamment les langues vivantes). 12. Inclure l’utilisation des outils numériques dans le programme pédagogique soit en soutien scolaire soit en remplacement dans certaines matières. Suivi

    13. Analyser les complémentarités entre les deux modes d’enseignement à distance et en présentiel. Certains élèves peuvent se révéler dans l’apprentissage à distance.

    14. Evaluer les acquisitions et prévoir des solutions de mise à niveau si nécessaire.

    15. Optimiser le mix « enseignement à distance et enseignement présentiel ».

    16. Partager instantanément les résultats des évaluations avec les parents, système d’alerte adressé par E-mail.

  • Enquête Collèges 8ème et 17ème

    25 juin 2020

    Chers parents, La crise sanitaire du COVID 19 a transformé l'école qui pourrait ne plus ressembler à ce que nous connaissions de son fonctionnement antérieur. Concernés par l'avenir de nos enfants et une résurgence potentielle du virus, les représentants des parents d'élèves en tant que membres de la communauté éducative souhaitent être force de proposition auprès des directions d'établissements, des inspecteurs et des directeurs de l'académie de Paris. C'est pour cela que nous sollicitons, par le biais de ce questionnaire, les parents en vue de dresser le bilan de ces trois mois, presque quatre, de confinement puisque de la reprise partielle qui n'a été effective que pour certains élèves. Les autres élèves ont dû poursuivre les apprentissages à distance. Nous vous remercions de partager ce questionnaire et de répondre avant le dimanche 5 juillet 2020  afin de nous permettre de tirer les enseignements de cette expérience et de bien construire nos demandes.  

    Voici votre lien d'accès direct pour répondre : https://www.askabox.fr/repondre.php?s=285352&r=SPrGWXy21KQR Ou rendez-vous sur www.askabox.fr dans le module 'Répondre à un questionnaire' avec votre code questionnaire : 285352 et votre code réponse : SPrGWXy21KQR

    Bien cordialement Contacts Hakima ALAOUI       Présidente Union Locale FCPE 8-17   E-mail : ala_hak@live.fr Philippe NOURY Vice-Président Union Locale FCPE 8-17   E-mail : ph.noury@wanadoo.fr     Site Internet UL 8-17 : https://www.fcpe75.org/unionlocale/union-locale-08/ Facebook:  RPE-17     https://www.facebook.com/groups/403464103431719/    

  • 2020 06 08 Courrier aux Inspectrices de l’Education Nationale

    9 juin 2020

    https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/2020-06-08-Réponse-UL-8-17-à-Frédérique-PICART-.pdf

  • DECONFINEMENT 1er DEGRE : REPONSE EDUCATION NATIONALE

    7 juin 2020

    https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/Courrier-Inspectrices.pdf

  • LETTRE OUVERTE DECONFINEMENT 1er DEGRE

    23 mai 2020

    De : Hakima ALAOUI Présidente, Souhad OUADDAH Vice-Présidente, Anne-Charlotte GALLAIS Trésorière et Philippe NOURY Vice-Président. Att : Maires du 8ème et du 17ème arrondissement, Inspecteurs d’Académie du bassin 8-17. C/c : Patrick BLOCHE Adjoint Maire de Paris et Marc TEULIER DASEN1 Paris Objet : Conditions du retour des enfants du premier degré (maternelles et écoles) https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/2020-05-22-LETTRE-OUVERTE-1er-DEGRE-.pdf

  • Enquête UL 8–17 sur les conditions du confinement et du déconfinement Exemplaire

    23 mai 2020

    [pdf-embedder url="https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2020/05/UL-8-17-Enquete-déconfinement-du-4-au-7-mars-2020-.pdf"]

  • Rapport d’activité UL 8-17

    31 mars 2020

    A la demande de Catherine TERSEUR et Karine LAVILLE Rédactrices en chef nous avons le plaisir de résumer nos activités. Nous nous permettons d’attirer l’attention du CDPE sur le fait que nous publions régulièrement nos compte rendu d’activité sur le mini-site qui nous est dédié par la FCPE Paris. Le CDPE a accès, comme tous les adhérents, à ces informations, à ce jour nous n’avons pas eu de retour, mais il est facile de constater que l’UL 8-17 est particulièrement active.

    1. Nos moyens de fonctionnement

    WhatsApp : pour échanger et alerter : Union Locale FCPE 8/17 Site Internet FCPE UL 8-17 : pour publier https://www.fcpe75.org/unionlocale/union-locale-08/ Serveur FCPE : pour adresser des courriels aux CL’s Facebook : RPE-17 pour partage Remarque : Nous rencontrons beaucoup de difficultés avec le serveur FCPE : SPAMS, mises à jour non faites des destinataires, si bien que nous avons dû constituer notre fichier pour contacter les Présidents de CL et les correspondants UL. 2. Activité

    Pollution établissements scolaires : Echanges avec le Maire du 17ème concernant 15 écoles dont le taux de pollution au dioxyde d’azote est supérieur aux normes et à l’absence d’outils de mesure obligatoires. Remarque : Aucun CL n’ayant de personnalité juridique, seul le CDPE pourrait déposer une plainte contre la Mairie de Paris.

    Langues étrangères : L’offre en possibilité d’apprentissage étant largement insuffisante dans le 8ème et le 17ème, nous avons demandé au Maire de saisir le Ministre de l’Education Nationale. Dans sa réponse le Ministre recommandait de se rapprocher du Directeur d’Académie pour trouver une solution. Remarque : Une motion sera présentée par l’UL 8-17 au prochain congrès.

    Prévention harcèlement et violence : Une première enquête a été faite, elle sera complétée avec la violence numérique et l’exposition aux écrans. Remarque : Une motion sera présentée par l’UL 8-17 au prochain congrès. 3. Temps forts

    Elections municipales : A la demande du CDPE nous avons adressé le questionnaire à tous les candidats, seule Assia MEDDAH, tête de liste Cédric VILLANI a répondu. A noter que le Maire sortant LR n’a pas répondu. Il s’emblerait que seulement trois candidats à la Mairie de Paris aient répondu à la FCPE. Remarque : Nous devons nous interroger sur la pertinence d’un questionnaire de 54 questions et sur la disponibilité des candidats.

  • Pollution dans les Ecoles : Courrier du 19 nov 2019 à Geoffroy Boulard Maire du 17ème

    31 mars 2020

    https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2019/12/2019-11-19-G.BOULARD_UL-FCPE-8-17-1.pdf

  • Réponse de Geoffroy BOULARD Maire sortant du 17ème sur la lutte contre la pollution dans les écoles

    7 mars 2020

    Les avis des politiques sont très contrastés sur la pollution à Paris certains vont jusqu’à affirmer qu’il a amélioration. Sans outil de mesure incontestable il est impossible de construire quoique ce soit pour protéger nos enfants. Le décret du 17 août 2015 est clair et nous n’arrivons pas à comprendre pour qu’elle raison il n’est pas appliqué alors que les chefs d’établissements sont favorables. Cela permettrait de faire cesser des rumeurs qui circulent et de cibler les efforts.

    Dans notre arrondissement Il semblerait que 15 d’établissements scolaire aient été identifiés par Airparif « Observatoire de la qualité de l’air en Île-de-France » sachant que la mesure est faite aux abords mais pas à l’intérieur des écoles.

    [pdf-embedder url="https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2020/03/courrier-M-Noury.pdf"]

  • 2019 11 18 Surveillance de la qualité de l’air : Courrier Maire du 17ème

    16 décembre 2019

    A l’attention de Geoffroy BOULARD

    Paris, le 18 novembre 2019

    Objet : Surveillance de la qualité de l’air

    Monsieur le Maire,

    L’incendie de Notre Dame de Paris a lancé le débat sur la pollution résiduelle au plomb mais également sur les autres polluants comme le Dioxyde d’azote.

    Les représentants des Parents d’Elèves nous ont fait part de leurs inquiétudes sur l’évolution pollution aux abords et à l’intérieur des établissements scolaires publics de notre arrondissement.

    Selon l’Observatoire de la qualité de l’air en Île-de-France le niveau Dioxyde d’azote serait supérieur à 40 μg/m3 aux abords de 15 établissements scolaires du 1er degré situés dans le 17ème arrondissement.

    Vous savez connaissez certainement l’obligation de mise en place de mesures de surveillance de la qualité de l’air depuis le 1er janvier 2018 pour les établissements d’accueil collectif d’enfants de moins de six ans et les écoles maternelles et à partir du 1er janvier 2020 pour les accueils de loisirs et les établissements d’enseignement du second degré.

    Il semblerait qu’un rapport de la DASCO ait précisé les mesures prises ou à prendre localement. Nous souhaiterions vous rencontrer afin de connaître votre position et répondre positivement aux représentants des parents d’élèves.

    En vous remerciant par avance pour l’intérêt que vous portez à la vie scolaire de nos enfants, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de notre considération la plus distinguée.

    Hakima ALAOUI                                                                             Philippe NOURY   C/c : Alix BOUGERET      

  • Quelques conseils aux CL’s du premier degré pour bien communiquer

    26 juillet 2018

    Avant d’aborder la communication, il est important de bien se positionner dans la communauté scolaire dont vous faites partie. Vous êtes représentant de tous Parents d’élèves et accessoirement parents de vos enfants. Il est important dans votre relation avec les institutions de ne pas favoriser l’amalgame des rôles qui pourraient vous être reprochés et de nature à discréditer vos actions. Quand un litige vous concerne n’hésitez pas à vous faire assister par un autre représentant des parents d’élèves. Cela étant précisé, voici une liste de conseils qui pourront vous être utiles pour réussir la communication de votre CL. (suite…)

  • Courrier au Ministre de l’Education Nationale

    21 juin 2018

    A l’attention de Monsieur Jean-Michel BLANQUER

    Paris, le 20 juin 2018

    Monsieur le Ministre, Nous vous remercions de nous avoir fait l’honneur de commencer votre Tour de France « Ensemble pour l’école de la République » dans le 17ème arrondissement. L’hôtel IBIS Clichy-Batignolles est situé dans la partie orientale de l’arrondissement mais aussi dans la 3ème circonscription où la mixité sociale fait partie des préoccupations quotidiennes des parents d’élèves. Au cours de cette rencontre du 29 mai, nous n’avons pas pu nous exprimer. Nous sommes convenus avec Monsieur Stanislas GUERINI, notre député, de vous transmettre par écrit nos questions. Pour faciliter les questions nous avons choisi de les placer en face des promesses de campagne Vous trouvez donc ci-attaché les questions qui reflètent les demandes exprimées par les différentes associations de Parents d’Elèves. Si la mise en place d’AFFELNET et de PARCOURSUP nous inquiète, il nous parait prématuré de tirer des conclusions même si les premières remontées font apparaître des disfonctionnements. Nous reviendrons vers vous lorsque nous aurons plus de recul. Compte tenu du chantier titanesque de la réforme qui va s’inscrire au-delà du quinquennat nous suggérons la création d’un Conseil de sages sans étiquette politique qui sera chargé de suivre l’application et l’évaluation des réformes sur le long terme. Une plus grande transparence de la synthèse des résultats nationaux à chaque niveau permettrait d’apprécier concrètement les progrès. Nous restons à votre écoute et vous remercions pour l’intérêt que vous manifesterez pour nos questions. Dans l’attente de votre retour, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre très haute considération. Hakima ALAOUI Présidente UL 8-17  &Philippe NOURY Vice - Président UL 8-17 Administrateurs FCPE Paris

    C/c : Ilana CICUREL, Stanislas GUERINI et Présidents des Conseils de Parents d’élèves du 17ème arrondissement de Paris.   (suite…)

  • Un Tour de France qui démarre mal.

    13 juin 2018

    "Ensemble pour l'Ecole de la République"

    Ilana CICUREL ne nous est pas inconnue, puisqu'elle avait perdu d’une courte tête les dernières législatives dans la 4ème circonscription de Paris face à la Maire du 17ème Brigitte KUSTER.

    Ilana CICUREL, créatrice et conceptrice du Tour de France « Ensemble pour l'Ecole de la République », présente et analyse assez objectivement la situation de l’école publique. Selon la dernière enquête PISA, la France arriverait sur 52 pays à la dernière place à la question sur l’égalité des chances ce qui est inacceptable pour le pays dit des droits de l’homme. Pour mémoire la France est à la 30ème place sur le niveau d’éducation à la fin de l’école primaire. Cette série de réunions commence au cœur de la 3ème circonscription de Paris, à l’hôtel IBIS Clichy-Batignolles, son objectif est de favoriser le dialogue avec les acteurs locaux de notre école : institutionnels, enseignants, partenaires et parents d’élèves. Ilana CICUREL souligne que la réforme ne doit pas s’inscrire dans un programme à court terme ou à moyen terme mais sur le long terme puisque les résultats ne pourront pas être appréciés avant la fin du quinquennat.  Le problème étant largement débattu, c’est à Jean-Michel BLANQUER, ministre de l'Éducation nationale de présenter ses réformes.

    Le Tour de France commence mal puisque le Ministre s’est fait attendre avec  plus d'une heure de retard. Aux premiers rangs, on reconnaissait les figures habituelles de La République En Marche. Enfin le Ministre, tant attendu, commence par un brillant exposé n’apportant pas de nouveautés à ce que les médias avaient déjà partagé. La qualité d’expression le choix des mots et des citations sont remarquables et nous laissent admiratifs, bien que la stratégie soit confuse ou éludée. Pour mémoire le mot Stratégie vient du grec « Stratus » Armée et « Agien » conduire. En fait le ministre dispose d’une armée et ne nous explique pas comment il va la conduire à la victoire.

    Il aurait été certainement plus percutant de faire le bilan de cette première année avec les obstacles rencontrés et les réalisations. Ensuite il aurait été facile de présenter des objectifs au cours du quinquennat et dans quinze ou vingt ans en créant un Conseil des sages représentatif de toutes les tendances qui serait le garant du projet

    .

    Jean-Michel BLANQUER, ministre de l'Éducation nationale ; confirme qu’il allait diviser par deux les effectifs des classes de CP et de CE1 en REP et REP+, mesure la plus importante prise en faveur de l’éducation prioritaire depuis la création des ZEP en 1981. Il prend pour exemple de réussite l’Ecole Élémentaire Bessières présentée par sa Directrice Madame Juliette BAYER qui valorise allègrement ses résultats alors que la réalité est bien autre. En fait cette école est évitée par beaucoup de parents, certains déménagent pour protéger leurs enfants après avoir fait de multiples demandes de dérogation systématiquement refusées. D’autres, qui ont plus de moyens, s’orientent vers le privé. La violence, le harcèlement et même les agressions sexuelles font partie du quotidien. La vérité est bien cachée alors que le déséquilibre en termes de mixité sociale est flagrant selon les habitants du quartier.  Il est urgent de donner plus de moyens et de l’attractivité à cette école mais on ne peut pas la déplacer puisqu’elle est essentiellement encadrée par des logements sociaux.

    Les promesses de campagnes du candidat Emmanuel MACRON étaient claires pourtant les réponses aux questions sont évasives, elles sont impossibles à poser compte tenu du retard du Ministre, de la longueur de son exposé et de ses rares réponses qui ne laissent pas de place pour le dialogue.  N’ayant pas pu nous exprimer, il nous a paru constructif de reprendre les objectifs qui avaient été exposés lors de la campagne présidentielle et de poser directement les questions par écrit.

    Initialement le Ministre avait décidé d’aborder la globalité de l’enseignement de la maternelle à l’enseignement supérieur et malheureusement il n’y avait plus de place pour échanger sur l’algorithme AFFELNET et sur PARCOURS SUP qui sont extrêmement préoccupants.  Ainsi beaucoup de personnes qui s’étaient mobilisées pour écouter le Ministre sont restées sur une mauvaise impression et n’ont pas pu s’exprimer.  Il semblerait que cette technique de débat « soi-disant » démocratique fasse école dans l’entourage du Président MACRON. On prend la parole et on ne la lâche pas si bien que les journalistes ou les intervenants ne peuvent pas s’exprimer jusqu’au moment où le gong sonne la fin du match.

    Pour essayer de terminer sur des aspects positifs :
    • Le Ministre s’explique sur le rythme scolaire en reconnaissant que selon la situation géographique la semaine de 4 jours à la place de 4 jours et demi est plus pertinente car liée aux distances de déplacement pour se rendre à l’école. En montagne ou à la campagne la semaine de 4 jours s’impose alors qu’à Paris la proximité permet de rester sur l’ancien système. La décision revient donc au Maire qui est souverain.
    • Les classes bi-langues, à partir de la sixième, ont été rétablies dès la rentrée scolaire 2017-2018.
    • Le dédoublement des classes situées en REP se met en place en fonction des contraintes techniques de chaque école.
    • Le Ministre a approuvé l’expérience de secteur multi-collège qui a été initiée non sans difficultés dans le 18ème L’expérience devrait être réitérée sur d’autres territoires mais sans préciser où ?
    • Enfin le Ministre de l’Education Nationale présentera chaque année des budgets régulièrement en hausse afin d’atteindre les objectifs ambitieux qu’il s’est fixé.

    En conclusion, cette première étape de ce futur « Tour de France » parait mal réglée ou à revoir : horaires non respectés, manque de clarté dans l’exposé, stratégie confuse, moyens non chiffrés et surtout absence de planification sur le long terme.

    Le premier objectif pourrait être de remonter de 10 places dans le classement PISA tous les 3 ans afin de se retrouver sur le podium dans 9 ans.  Ainsi avant la fin du quinquennat nous serions au vingtième rang ce qui permettrait de mesurer les résultats de l’équipe en place.

    Disons que le Ministre ne donne pas le cap et nous embrouille dans un beau discours. Le danger c’est que finalement la recette a fait ses preuves en politique où il faut éviter d’être pragmatique. Le « vous comprenez… » annonce un discours fleuve qui ne veut rien dire inspiré de notre humoriste Pierre DAC.

  • Résultats Elections CDPE FCPE Paris 71me Congrès

    11 juin 2018

    (suite…)

  • 31 mars 2018 Réunion d’information sur la Mixité Scolaire Mairie du 18ème

    5 avril 2018

    A l’initiative de Laurent Boulanger, Président de l’union locale FCPE du 18ème , une réunion d’information sur la mixité scolaire a pu être organisée samedi 31 mars sous les lambris de la Mairie d’arrondissement. L’impressionnante qualité des intervenants devait permettre de répondre aux questions que nous nous posons tous.

    (suite…)

  • Notre enquête ” Relations Parents-Ecole

    28 février 2018

    La relation " Parent-école"  faisant l'objet de beaucoup de commentaires dans la presse suite au rapport des députés  BERGE et DESCAMPS, nous souhaiterions avoir l'avis des représentants des parents d'élèves.

    Nous vous remercions de consacrer au maximum cinq minutes pour remplir ce questionnaire qui va nous permettre d’évaluer la situation en cours d'année dans chaque établissement et d'en tirer une conclusion globale.

    Pour répondre cliquer sur ce lien  

  • Revue de presse Rapport Bergé -Descamps

    11 février 2018

    Le rapport de  Mesdames Aurore Bergé (LREM) et Béatrice Descamps (UDI) étant controversé sur les réseaux sociaux, nous avons choisi de le diffuser dans son intégralité et de vous présenter une première revue de presse non exhaustive qui vous permettra d’apprécier à chaud les différents points de vue. (suite…)

  • Rapport Bergé – Descamps

    11 février 2018

    A l’Assemblée Nationale, le mercredi 31 janvier 2018, dans le cadre de la commission des Affaires Culturelles et de l’Education, Mesdames Aurore Bergé (LREM) et Béatrice Descamps (UDI) ont été entendues comme Co-rapporteurs de leur mission « flash » sur les relations école-parents. (suite…)


    Conseils Locaux de cette Union locale
    Union locale du 17eme et du 8eme arrondissement

    Union Locale 8-17

    Bienvenue sur le site de l’Union locale des 8ème et 17ème arrondissements de Paris.

     Nos exigences :

    • Que les efforts pour équilibrer la mixité scolaire soient poursuivis
    • Que la sécurité aux abords des établissements scolaires soit renforcée
    • Que toutes les mesures pour lutter contre la pollution soient prises
    • Que les réformes nécessaires liées à l’enseignement à distance soient mises en place
    • Qu’aucun enfant ne soit laissé au bord du chemin par manque de moyens ou d’implication de la communauté scolaire

    Notre action repose sur trois piliers : la transparence, l’esprit collectif et l’ouverture.

    La transparence : La mise en place d’un système organisé qui garantit que toutes les idées constructives et nouvelles des parents d’élèves seront examinées de manière efficace.
    L’esprit collectif : La concertation dynamique, sous forme de débats libres, relative à des décisions aussi bien à échelle locale que  nationale de la FCPE.
    L’ouverture : Toutes les mesures décidées devront être acceptables par la grande majorité des parents d’élèves concernés et iront dans le sens du “bien commun”.


    Retrouvez-nous

    Prochains rendez-vous des Unions locales
    Pas d'évènements à venir pour cette union locale

    Actualités de l'Union locale
    • QUESTIONS AUX CANDIDATS – REGION ÎLE-DE-FRANCE

      7 mai 2021

       La parole à Audrey PULVAR  https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/2020-05-07-La-parole-a-Audrey-PULVAR.pdf

      Le bassin scolaire 8-17 couvre sept lycées dans le 8ème et le 17ème arrondissement : Carnot, Chaptal, Jean Drouan , Ecole Nationale de Commerce, Honoré de Balzac, Maria de Raismes et Racine.

      Les évènements que nous avons vécus après le 1er confinement, l’enseignement 50-50, la réforme AFFLENET, les épreuves du BAC et PARCOURSUP ont sérieusement impacté le cursus de nos enfants. Ainsi des revendications nouvelles sont apparues auxquelles les élus, même s’ils ont été à l’écoute, n’ont pu apporter de solutions concrètes le plus souvent pour des raisons budgétaires qui n’avaient pas été anticipées.

      Nos établissements sont en sureffectifs avec des classes de plus de 30 élèves, les chantiers de rénovation sont en retard et les délais de construction sont trop longs.

      Les mairies d’arrondissement sont en charge des établissements du 1erdegré, la mairie de Paris des collèges et la Région des lycées. La perspective des élections régionales nous amène à interroger les candidats sur leurs projets et sur leurs conséquences pour les lycéens de notre bassin scolaire.

      1. Mixité sociale et scolaire :

      Paris est l’une des académies les plus ségréguées de France. Nul ne peut donc considérer que la situation actuelle, malgré les efforts qui ont été réalisés, soit satisfaisante.

      Audrey PULVAR : Comment envisagez-vous de renforcer la convergence des politiques publiques mises au service de la réussite de tous les élèves (classes CHAM et CHASE, rénovation des bâtiments, projets culturels et sportifs…) ?

      Il faut une meilleure concertation des politiques éducatives entre tous les acteurs : région, rectorat, parents d’élèves, proviseurs et représentants des enseignants. Ce n’est que comme cela que l’on peut avancer. Tous les interlocuteurs nous ont parlé d’une dégradation de ce dialogue sous le mandat de Valérie Pécresse. Elle n’a réuni que de manière très sporadique le conseil interacadémique. C’est pourtant cette instance de dialogue qui permet la convergence que vous appelez de vos vœux. Nous souhaitons restaurer cette écoute et faire en sorte que la Région soit plus près du terrain.

      Il faudra aussi s’assurer que les élus siègent régulièrement dans les conseils d’administration et se fassent les relais des problèmes. L’opposition sous cette mandature a accepté de ne pas siéger pour ne pas laisser entrer le Rassemblement National dans nos lycées, mais les élus régionaux de droite ne siègent jamais pour la grande majorité d’entre eux. C’est un problème. Cela ne concerne pas votre secteur mais l’exemple de la fermeture du lycée Rabelais est symptomatique de la dernière mandature et de ces problèmes de gestion qui nuisent aux établissements et à leurs élèves et in fine à leur attractivité. Des lycées mieux gérés, ce sont des lycées dans lesquels les élèves souhaitent aller.

      Pour ce qui est du sportif et du culturel, il faut aussi d’avantage ouvrir nos équipements sportifs hors temps scolaire pour ancrer le lycée dans la cité et il faut remettre en place une politique culturelle ambitieuse, en lien avec le rectorat, avec des résidences d’artistes par exemple. C’est comme cela que la Région peut jouer son rôle pour renforcer l’attractivité des établissements scolaires et lutter contre la ségrégation que vous évoquez.

      Pour ce qui est de tous les dispositifs de réussite des élèves, la Région renforcera les moyens de la lutte contre le décrochage scolaire. Elle peut le faire par les dotations qu’elle donne aux établissements qui s’engagent sur ces sujets. Il faudra aussi que la Région défende les dotations globales horaires et les options disponibles et ne fasse pas systématiquement l’autruche lorsque le ministre décide de suppressions de poste. Il faut une région qui protège face à la politique comptable de l’Éducation nationale qui, depuis 2017, aggrave la ségrégation scolaire. Durant cette mandature, à chaque fois que l’opposition a demandé à Valérie Pécresse de prendre position face à des fermetures de classe, de filières professionnelles, elle a fait la sourde-oreille.

      2. Architecture & patrimoine scolaire :

      L’équilibre de la mixité scolaire passe par l’attractivité des lycées. Pour arriver à cet objectif la région doit investir massivement dans la rénovation et l’entretien des établissements et la création de nouveaux lycées voire des internats. 

      Où en sommes-nous et quel est votre projet dans notre bassin scolaire pour les six prochaines années ?

      Audrey PULVAR: Avant de parler d’investissements, il faut d’abord que les lycées puissent fonctionner au jour le jour et être entretenus. La Région met de moins en moins d’argent sur la table, année après année, dans le budget de fonctionnement des lycées, alors que la population des établissements augmente. Pour ce qui vous concerne, c’est le cas au lycée Racine (-27€ par élève), Balzac (-29€), Carnot (-23€) et à l’école internationale de commerce (-2€). La chambre régionale des comptes elle-même le dénonçait l’an dernier car ce sont des économies de court-terme sur des postes de dépense essentiels.

      Mais vous avez raison, malgré les grands chiffres annoncés par Valérie Pécresse sur les travaux, en réalité ils n’avancent pas. Le pôle lycée qui a subi de très nombreuses réorganisations, est désorganisé et travaille mal. Sauf erreur de notre part, pour ce qui vous concerne, nous constatons que la rénovation de la demi-pension du lycée Racine, votée en 2012, n’est pas encore achevée, que la rénovation du pôle science du lycée Chaptal, votée en 2012, n’a pas démarré, que le l’internat du lycée Balzac n’est pas encore livré et que la rénovation thermique du même établissement, décidée en 2017 n’a pas encore été lancée. Les travaux décidés en 2012 devraient être terminés. Nous accumulons trop de chantiers à faire et il faut commencer par s’occuper de ce passif. Rappelons qu’au même moment, les opérations de rénovation des lycées privés financées par la Région Île-de-France augmentent de manière exponentielle. C’est inacceptable.

      Sur Paris, étant donné la faible progression démographique attendue, il faut surtout travailler à rénover les établissements et à créer des internats, qui sont un vrai moteur de réussite. Les internats n’ont malheureusement pas été la priorité de Valérie Pécresse. Elle avait promis la réalisation de deux internats sur Paris en 2017 mais aucun projet n’a été lancé durant la mandature. Il faudra s’y atteler, malgré la complexité évidente liée au manque de foncier.

      3. Pollution :

      Contrairement à la réglementation sur la surveillance de la qualité de l’air à l’intérieur des établissements publics, les établissements d’enseignement du second degré ne sont toujours pas équipés alors que c’est une obligation depuis le 1er janvier 2020.

      Quels sont vos engagements sur la mise en place des moyens de surveillance et sur les mesures pour lutter contre la pollution ?

      Audrey PULVAR:Cela fait des mois que des conseillers régionaux de l’actuelle opposition demandent des mesures en ce sens. Des mesures de qualité de l’air ont eu lieu en réalité mais la communication des résultats a été purement et simplement refusée aux conseillers régionaux. Il a également été demandé que la Région investisse dans des purificateurs d’air et dans des capteurs de CO2. Là encore, nous nous sommes heurtés à un mur. C’est incompréhensible, ces mesures devraient faire consensus.

      Nous travaillons actuellement à un programme qui sera très prochainement rendu publique et qui comprendra un plan ambitieux de lutte pour l’amélioration de la qualité de l’air dans les établissements.

       4. Santé :

      Nous manquons de médecins, de psychologues et d’assistant(e)s sociales rattaché(e)s aux lycées. La pandémie nous a permis de constater le manque de moyens, des chefs d’établissement qui essayaient d’appliquer les protocoles sanitaires. L’Agence Régionale de Santé Ile-de-France s’est montrée inefficace pour mettre en place des tests ciblés (surveillance des eaux usées, contrôle de la mise en place du protocole sanitaire).

      Quelle est votre proposition en termes de moyens et d’organisation ?

      Audrey PULVAR: La médecine scolaire en elle-même est du ressort exclusif de l’éducation nationale et la première des choses à faire est d’aller porter publiquement ce problème auprès des services de l’État. Il y a des postes de médecins et d’infirmiers qui sont créés et qui ne trouvent pas preneurs. Il faut trouver des solutions innovantes pour rendre ces postes attractifs mais cela doit passer par l’Éducation nationale.

      Par contre la Région doit prendre sa part dans son champ de compétence.

      D’abord, en donnant suffisamment de moyens aux établissements pour le protocole sanitaire, ce qui rejoint ce que nous évoquions au premier point. Les fonds covid prévus par la Région sont totalement insuffisants. L’ARS étant un service de l’État, la Région peut seulement combler certains de ses manques mais ne peut pas entièrement remplacer l’État et le gouvernement, qui se sont montrés totalement défaillants dans la gestion de crise.

      Ensuite, en allant beaucoup plus loin sur la prévention en direction des jeunes, qui a été un peu délaissée depuis 5 ans. A travers Île-de-France Santé Sida et le Centre Hubertine Auclert, nous avons deux très beaux organismes régionaux dont les moyens ont été malheureusement diminués et qui peuvent être utilisés pour renforcer les actions de prévention par des associations et des professionnels agréés dans les lycées. Il faut faciliter la circulation de ces acteurs dans les établissements. Il faudra aussi engager un grand travail sur le ressenti des jeunes sur la crise sanitaire, sur ce qu’ils ont vécu, pour qu’ils puissent individuellement et collectivement le verbaliser. La région peut envisager des programmes en ce sens, à destination des lycéens mais aussi des apprentis et des étudiants.

      5. Restauration scolaire :

      Les contraintes liées à la distanciation ont révélé des lacunes sur le plan du maintien du service. Dans certains cas des enfants ne pouvaient plus déjeuner et les contraintes horaires ne leurs permettaient pas de rentrer chez eux.  La qualité des repas s’est dégradée sous prétexte que les prestataires augmentaient les prix.

      Comment éviter que ce désastre se réédite ?

      Audrey PULVAR: C’est grâce à la pression de conseillers régionaux de l’actuelle opposition à la Région Île-de-France que Valérie Pécresse a mis en place, de manière malheureusement chaotique, l’aide financière aux familles des élèves demi-pensionnaires pendant le confinement. Cette aide aurait dû être indexée sur le quotient familial pour une plus juste répartition et qu’elle aide davantage les familles qui sont le plus dans le besoin.

      Pour une raison qui nous échappe elle s’est malheureusement arrêtée là. Des élus n’ont cessé de lui réclamer un plan de continuité de la restauration scolaire, qui devait reposer sur un principe simple : des aménagements (et parfois des travaux) pour le respect strict du protocole sanitaire dans les cantines, la sélection de prestataires pour livrer des panier repas, préférablement chauds, à tous ceux qui n’ont pas accès à la cantine (demi-jauge ou cantine fermée). Enfin, ce plan aurait aussi prévu une aide financière systématique dans les cas de fermeture nécessaire des cantines et d’impossibilité de distribution de paniers. Ce n’est pas un vœu pieu, cela se fait ailleurs qu’en Île-de-France.

      Et au-delà, cette situation dans les cantines a joué comme un révélateur du manque structurel d’agents de cantines et de maintenance dans nos établissements. Les agents sont âgés, ils sont souvent absents en raison des pathologies liées à l’exercice de leurs métiers manuels et il faut un plan d’embauche. De nombreuses fermetures ont eu lieu car la Région n’a pas de solution de remplacement des absents.

      6. Enseignement des langues étrangères :

      En 2030, lorsque nos enfants arriveront sur le marché du travail ils ne sauront toujours pas s’exprimer en anglais et encore moins dans les langues pratiquées dans les échanges avec les pays des BRICS dont le PIB aura doublé (Portugais, russe, mandarin…). La Région pourrait accompagner la création des nouvelles sections internationales implantées, dans la mesure du possible, dans les établissements souffrant d’un déficit d’attractivité.

      Avez-vous un projet concernant l’enseignement des langues dans notre bassin scolaire ?

      Audrey PULVAR : L’apprentissage des langues doit évidemment être au cœur des enjeux pédagogiques et la France traîne sur ce sujet un retard qui la pénalise. Depuis Jean-Paul Huchon, la Région a lancé la création de lycées internationaux, comme celui de Noisy-le-Grand. Cette politique il faut effectivement la poursuivre, en particulier dans des secteurs qui manquent d’attractivité.

      La Région Île-de-France propose une application d’apprentissage des langues qui fonctionne bien et peut intervenir auprès du rectorat pour l’encourager à ouvrir des sections internationales et des postes de langues étrangères mais nous ne pouvons pas créer nous-même de postes. Et plus l’on détruit de postes de professeurs, moins ces langues seront disponibles car ce sont les premiers postes à être supprimés, car jugés moins essentiels que les autres. C’est malheureusement la politique d’Emmanuel Macron et de Jean-Michel Blanquer.

      La Région peut par contre favoriser et financer les projets des professeurs comme les séjours à l’étranger ou les échanges. Nous travaillerons à les faciliter et à les multiplier.

      7.Sport scolaire :

      Depuis des décennies, Paris constitue l’un des territoires les plus pauvres en installations sportives (12 installations pour 10 000 habitants). C’est l’accès aux piscines qui soulève le plus de difficultés. Les piscines sont un des équipements les plus sollicités et les plus fréquentés : à Paris, elles sont trois fois plus utilisées que ce qui est recommandé. Dans notre bassin, elles sont trop souvent fermées pour des travaux qui s’éternisent.

      Quelles sont vos propositions ?

      Audrey PULVAR : L’accès aux activités sportives et à la natation en particulier est un enjeu majeur dans la région Île-de-France. 1 jeune sur 2 en Seine-Saint-Denis ne sait pas nager, faute d’accès à une piscine.

      La Région Île-de-France doit accélérer ses programmes de rénovation et de remise à niveau des équipements des lycées et elle finance les équipements municipaux, notamment à travers un plan piscine qui avait été mis en place par la gauche. Ce plan n’est pas suffisamment utilisé.

      C’est aussi le sens de la politique qui est menée dans le cadre des JOP 2024, qui vont permettre à la région de se doter d’équipements neufs pour ses jeunes.

      La Région ne dispose par contre pas en propre de compétences pour construire elle-même des piscines. Il est par contre souhaitable de multiplier les déplacements de classes dans les bases de loisirs régionales qui disposent de points de baignade et d’équipement sportifs.

      Nous regrettons enfin que la Région Île-de-France ait largement diminué sa distribution de tickets-loisirs aux enfants les plus défavorisés, à travers les mairies d’arrondissement, qui permettaient justement d’améliorer l’accès des jeunes parisiennes et parisiens aux infrastructures de sports et de loisirs de la région.

       8. Numérique : de la fracture aux inégalités.

      Il existe un fossé séparant ceux qui bénéficient de l’accès à l’information numérique (les infos-riches) et les autres, ceux qui demeurent privés de contenus et des services que ces technologies peuvent rendre. La dotation, annoncée par la région,, en terminaux informatiques à tous les élèves qui en éprouvaient le besoin a été partiellement suivie. Les demandes sont toujours en attente de réponse, un an après le premier confinement.

      Quelles sont les mesures concrètes sur lesquelles vous pouvez formellement vous engager pour compenser les inégalités sur la gratuité de l’accès aux services Internet et sur les moyens pour les élèves pour lesquels c’est un obstacle ?

      Audrey PULVAR: Depuis 2019 la politique de Valérie Pécresse concernant le « 100% numérique » pose un certain nombre de problèmes. Nous estimons qu’elle a été réalisée dans l’improvisation la plus complète, tout en engageant des sommes énormes (plus de 180M€), sans donner les résultats escomptés. Les tablettes ont prouvé qu’elles étaient inadaptées au travail en classe, les ordinateurs peinent encore à être livrés, quand ce n’est pas le WIFI qui est absent ou mal calibré. Ce matériel fait souvent doublon chez les familles déjà équipées. Résultat : du matériel qui prend souvent la poussière, d’autant que les professeurs ne sont pas formés à leur usage.

      Cela ne veut bien entendu pas dire qu’il ne faut pas lutter contre la fracture numérique mais il faut s’y prendre autrement. Il faut premièrement s’assurer que les familles aient une connexion réseau pour le travail à la maison, et distribuer des clés 4G au besoin. Il faut cibler la politique de distribution d’ordinateurs chez ceux qui n’en ont pas. Le matériel doit être simple d’utilisation mais efficace pour le travail, avec assez de mémoire et de puissance pour permettre son utilisation pour les études.

      Nous utilisons tous aujourd’hui collectivement trop nos écrans et cela a des conséquences graves sur la santé de nos enfants. Nous ne pensons pas que ces équipements individuels doivent faire l’objet d’une utilisation systématique en classe. Il faudra coconstruire la politique numérique avec les enseignants. Nous distribuons du matériel individuel mais nous abandonnons les salles informatiques qui permettent aux professeurs d’installer leurs logiciels, d’utiliser leurs propres méthodes et de déployer leur pédagogie. C’est inefficace. Il faut partir des besoins des familles et des enseignants pour construire une politique numérique et non l’inverse.

      Enfin il faudra impérativement engager une discussion avec le rectorat pour la formation continue des enseignants aux nouvelles pédagogies numériques et travailler à l’amélioration de l’ENT régional.

      9.Vos autres propositions Audrey PULVAR : Notre programme est actuellement en cours de réalisation mais s’orientera en matière d’éducation sur les priorités suivantes (qui apparaissent en fil-rouge ici dans nos réponses) : des lycées ouverts vers le monde associatif, culturel et sportif, des lycées rénovés et adaptés au réchauffement climatique (il faut impérativement multiplier les îlots de fraicheur), un renouvellement de la politique numérique, la lutte contre le décrochage scolaire et un projet éducatif régional tourné vers la culture, la laïcité, la citoyenneté et l’égalité femmes-hommes

      Notre programme est par ailleurs le fruit d’une démarche participative, à laquelle nous vous convions, en réagissant ou en formulant vos propres propositions à cette adresse

      https://www.iledefranceencommun.com/

                       

    • Lettre ouverte au Directeur Académique Groupe Scolaire CARNOT Exemplaire

      12 mars 2021

      Monsieur le Directeur Académique, Nous vous prions de trouver ci-attachée une lettre ouverte dont vous êtes destinataire ainsi que les motions qui ont été présentées aux CA du Lycée et du Collège Carnot. Notre Proviseur Monsieur Jean Claude DEVAUX et son équipe font des prouesses avec des DHG en baisse régulière ; nous avons perdu 48 heures en l’espace de 4 ans, il va certainement revenir vers vous pour vous faire part de nos doléances. Comme vous le savez, les élèves ont pris un retard considérable l’année dernière à la suite de la pandémie et aux contraintes qu’elle a créées pendant le confinement et auprès des enseignants qui ont été touchés. Les heures perdues ne seront pas rattrapées et l’écart va se creuser entre les élèves issus de familles favorisées et de ceux de familles d’un niveau de position sociale plus modeste. Comme vous pourrez le constater dans la répartition des coefficients CAF retenus pour la cantine, en dehors d’un tiers à qui le tarif 10 est appliqué, le profil des parents ressemble à la moyenne parisienne. Considérer uniquement la moyenne d’IPS, nouvelle nomenclature, nous parait injuste car ce critère ne permet pas d’apprécier le profil de chaque établissement avec ses inégalités.  Même si l’IPS est un progrès la méthodologie est encore contestable et mériterait une consultation avec les représentants des parents d’élèves les plus compétents dans ce domaine. Nous en avons parmi les administrateurs de la FCPE 75. Je vous prie de croire, Monsieur Recteur Académique, en l'assurance de mes respectueuses salutations. Philippe NOURY Vice-Président Conseil Local Elu au CA du Collège PJ : Lettre ouverte 3 pages http://[pdf-embedder url="https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/03/2021-03-08-DHG-Citee-Scolaire-CARNOT-.pdf"] PJ 2: Motion Collège 4 pages https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/03/Motion-FCPE-College-CARNOT-CA-du-9-f pageevrier-2021.pdf PJ3. : Motion Lycée 1 page https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/03/Motion-deFCPE-KLyee-Carnot.pdf

    • Lettre ouverte au Directeur Académique Groupe Scolaire CARNOT

      10 mars 2021

      [pdf-embedder url="https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/2020-08-03-MEMO-réunion-Marie-du-17-.pdf"]Monsieur le Directeur Académique, Nous vous prions de trouver ci-attachée une lettre ouverte dont vous êtes destinataire ainsi que les motions qui ont été présentées aux CA du Lycée et du Collège Carnot. Notre Proviseur Monsieur Jean Claude DEVAUX et son équipe font des prouesses avec des DHG en baisse régulière ; nous avons perdu 48 heures en l’espace de 4 ans, il va certainement revenir vers vous pour vous faire part de nos doléances. Comme vous le savez, les élèves ont pris un retard considérable l’année dernière à la suite de la pandémie et aux contraintes qu’elle a créées pendant le confinement et auprès des enseignants qui ont été touchés. Les heures perdues ne seront pas rattrapées et l’écart va se creuser entre les élèves issus de familles favorisées et de ceux de familles d’un niveau de position sociale plus modeste. Comme vous pourrez le constater dans la répartition des coefficients CAF retenus pour la cantine, en dehors d’un tiers à qui le tarif 10 est appliqué, le profil des parents ressemble à la moyenne parisienne. Considérer uniquement la moyenne d’IPS, nouvelle nomenclature, nous parait injuste car ce critère ne permet pas d’apprécier le profil de chaque établissement avec ses inégalités.  Même si l’IPS est un progrès la méthodologie est encore contestable et mériterait une consultation avec les représentants des parents d’élèves les plus compétents dans ce domaine. Nous en avons parmi les administrateurs de la FCPE 75. Je vous prie de croire, Monsieur Recteur Académique, en l'assurance de mes respectueuses salutations. Philippe NOURY Vice-Président Conseil Local Elu au CA du Collège PJ : Lettre ouverte 3 pages http://[pdf-embedder url="https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/03/2021-03-08-DHG-Citee-Scolaire-CARNOT-.pdf"] PJ 2: Motion Collège 4 pages https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/03/Motion-FCPE-College-CARNOT-CA-du-9-f pageevrier-2021.pdf PJ3. : Motion Lycée 1 page https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/03/Motion-deFCPE-KLyee-Carnot.pdf

    • AFFELNET : A l’ordre du jour au Conseil de Paris

      6 mars 2021

      Séance du Conseil de Paris des 9, 10 et 11 mars 2021 VŒU à la Maire de Paris.

      Relatif à l’affectation des élèves de 3ème dans les lycées Présenté par Valérie Montandon et les élus du groupe Changer Paris*

      *signé par 15 Conseillers de Paris dont 9 de notre bassin 8-17

      http://[pdf-embedder url="https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/Voeu-Affelnet-V.Montandon.pdf"]

    • COLLEGE MALLARME Bonnes nouvelles

      2 mars 2021

      Monsieur le Maire

      Cher Geoffroy,

      Le Rectorat de Paris nous informe que notre opposition sur une ouverture de classe supplémentaire en 6ème à la rentrée prochaine, a été entendue (Cf : CA du 8 février 2021 en présence de Philippe GUERRE) et qu’il a été décidé de rester sur le dispositif actuel.  Cet établissement où les classes sont bondée et la circulation est déjà difficile ne peut pas accueillir plus d’élèves.

      Vous devez vous rendre sur place vendredi 5 mars à 9h avec Marc TEULIER « DASEN écoles et collège » pour faire le point sur les travaux.

      Reste le sujet concernant le projet de création d’une cuisine qui serait gérée par la Caisse des Ecoles et son incidence sur la cantine du Collège.

      Nous vous remercions vivement pour votre intervention et les résultats qui sont déjà appréciables.

      Bien cordialement

      Philippe NOURY Vice-Président UL 8-17 FCPE C/c  Mairie  du 17ème : Géraldine ROUAH ZANGRILLI , Philippe GUERRE et Fabien SIMON FCPE ;Hakima ALAOUI Présidente UL 8-17, Marie FAIVRE et Isabelle BRISON Co-présidente CL MALLARME

    • Une légère baisse de DHG qui cache la vérité

      11 février 2021

      Il est difficile de comprendre de comprendre pourquoi notre bassin bénéficiait d’une hausse de DHG pour 2020-2021 alors que dans le projet 2021-2022 on revient à la situation de 2019-2020. https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/02/Evolution-DHG-selon-les-colleges-bassin-8-17.pdf

    • DHG Collège CARNOT

      11 février 2021

      Nous partageons les motions et les lettres ouvertes des collèges situés dans notre bassin scolaire. Collège CARNOT 75017 https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/Motion-FCPE-College-CARNOT-CA-du-9-fevrier-2021.pdf

    • Une baisse de DHG peut impacter l’apprentissage des langues

      8 février 2021

      Il est difficile de comprendre de comprendre pourquoi notre bassin bénéficiait d’une hausse de DHG pour 2020-2021 alors que dans le projet 2021-2022 on revient à la situation de 2019-2020. https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/02/tableau-evolution-DHG-bassin-8-17.pdf

      Jean-Michel BLANQUER au cours d’un brillant oral dans le cadre de la réunion organisée 29 mai 2018 dans le 17ème   arrondissement à l'hôtel IBIS s’est exprimé sur son projet. Nous sommes restés dubitatifs sur la stratégie et sur le calendrier. Le Ministre nous présentait un bilan objectif mais catastrophique de la situation scolaire. A croire que ceux qui l'avaient précédé étaient des incapables.

      Dans son livre « Construisons ensemble l'école de la confiance. » il donnait la priorité à la maternelle et l'élémentaire. Mais pour le collège il annonçait un effort sur les langues vivantes avec le retour des classes bi-langues dès la sixième dans tous les collèges, des classes européennes. Il ajoutait que les langues mortes seraient rétablies mais à l'initiative des chefs d'établissements et selon leurs moyens.

      La commission Académique langues vivantes de Paris, réunie 18 décembre 2018 à la Sorbonne, nous confirmait ces objectifs ambitieux sur l’enseignement des langues vivantes avec des moyens conséquents. Au collège à partir de la classe de 5ème l’enseignement des langues devait passer de 6 h à 7h30.

      A titre d’exemple :  Au Collège CARNOT, nous observons qu’en 6ème nous avons 4 heures en LV1anglais et 3 heures en LV2 allemand et chinois soit un total de 7h. A partir de la 5ème nous perdons 1 heure en LV1 et ½ heure en LV2. Sur la base de deux langues vivantes nous arrivons à 5h30. Par rapport aux 7h30 prévues il manque 2h par semaine et par classe de la 5ème à la 3èmeAu total cela représente 21h ½.

      http://[pdf-embedder url="https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/02/Evolution-DHG-selon-les-colleges-bassin-8-17.pdf"]

      Si le Collège Boris Vian arrive à gagner quelques heures, les 9 autres établissements sont perdants.

      A la rentrée 2020-2021, nous avons dû absorber les nouveaux arrivants si bien que les classes sont saturées et parfois au-dessus du seuil.  Cette augmentation s’explique par plusieurs facteurs qui n’étaient pas prévus : composition des familles s’installant dans le nouveau quartier « Martin Luther King », retour dans notre quartier de familles expatriées pour donner suite aux évènements du Liban et du Brexit, baisse du pouvoir d’achat des parents (perte d’emploi, chômage partiel…) qui quittent les établissements privés pour le public, arrivée de nombreux élèves internes au Collège la Rose Blanche.

      A la rentrée 2021-2022, cette vague va s’amplifier dans notre bassin 8-17 et il faudra ouvrir des classes supplémentaires partout où cela est possible.

      La diminution des DGH à la rentrée prochaine dans des établissements aux classes déjà surchargées, avec par exemple 33 élèves par classe au collège Mallarmé pour la rentrée 2021-2222, nous mène à l’échec scolaire et à sacrifier toute la génération d’étudiants nés après 2007, pour soutenir ceux nés avant. « Déshabiller Paul pour habiller Jacques ».

      En conséquence nous exigeons :

      • Dans les meilleurs délais, que la DHG en Langues Vivantes soit revue à la hausse dans les 10 collèges du bassin en conformité au projet Académique.
      • Dès la rentrée 2021-2022, que de nouvelles classes soient ouvertes dans les collèges du bassin 8-17.
      • Enfin que les chefs d’établissements veillent à ne pas dépasser pas le seuil de 30 élèves par classe ce qui est déjà élevé.

    • La FCPE  demande à  Jean CASTEX Premier Ministre de renforcer la  sécurité sanitaire à l’école

      13 janvier 2021

      La FCPE  demande à  Jean CASTEX Premier Ministre de renforcer la  sécurité sanitaire à l’école dans un courrier adressé le 8 janvier 2021. https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2021/01/08-Premier-ministre-Sécurité-sanitaire-à-lécole-Les-parents-demandent-d...-1.pdf

    • CA ouvert aux UL’s organisé par le CDPE 75 le 14/12/2020

      17 décembre 2020

      Comme le modérateur ne nous a pas laissé le temps nécessaire pour nous exprimer nous tenons à partager avec vous le bilan de nos actions dans le cadre de l’UL 8-17 et à vous faire part de notre étonnement.   https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/Note-detonnement-UL-8-17-SuiteCAouvertAuxULsdu14dec20-_HA_17dec20.pdf"

    • Le Conseil Local FCPE Honoré de BALZAC dénonce les violences policières lors du rassemblement du 17 novembre

      22 novembre 2020

      COMMUNIQUE Nous, les parents élus, FCPE, de la Cité Scolaire Honoré de Balzac sommes sidérés par les violences  manifestées envers les élèves ainsi qu’envers leurs enseignants qui souhaitaient alors les protéger. Ils  ont été pris à partie, insultés et molestés. Les lycéens entendaient protester pacifiquement contre le projet de loi pour « la sécurité globale » et  notamment les dispositions, qui permettraient, si elles étaient adoptées, l’invisibilisation des  violences policières et favoriseraient l’impunité de leurs auteurs. Nous pourrions trouver la situation simplement grotesque si elle n’avait donné lieu à de telles  exactions. Mais nous ne pouvons que constater l’état de choc dans lequel nos enfants collégiens et lycéens sont revenus et la panique que cette intervention ainsi que sa disproportion ont suscité face  à un mouvement qui ne mettait personne en danger. Nous voulons dénoncer les auteurs de ces violences mais aussi ceux qui les ordonnent. Nous  dénonçons l’usage systématique de la force contre les mouvements sociaux et particulièrement  contre les lycéens quand ils veulent faire usage de leur liberté d’expression, d’autant plus dramatique en ces temps particulièrement anxiogènes.

      PJ: Courrier d'étonnement par l'Union Locale 8-17 FCPE adressé à Geoffroy BOULLARD Maire du 17ème arrondissement de Paris https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/2020-11-20-UL-8-17-BALZAC-.pdf   

    • REVUE DE PRESSE: Danger exposition aux écrans pour nos enfants

      14 novembre 2020

      Effets des écrans sur nos enfants :  ce que l'on sait-on vraiment

      • Institut national de santé publique du Québec L’utilisation des écrans en contexte de pandémie de COVID-19 — quelques pistes d’encadrement Cliquer ICI 
      • FRANCE INFO L'étude a porté sur 167 enfants atteints de troubles du langage et de 109 qui en étaient indemnes. (MAXPPP) Cliquer ICI 
      •  ARTE  Un documentaire sur le danger de la sous-consommation des écrans chez les plus jeunes Cliquer ICI         
      • FRANCE INTER : L'exposition aux écrans le matin avant l'école augmente le risque de troubles du langage chez l'enfant  Cliquer ICI 

    • LETTRE OUVERTE DU 4 NOVEMBRE 2020

      6 novembre 2020

        Objet : Inquiétudes sur la continuité pédagogique et l’application du protocole sanitaire Att : • C. MAMOU MANY, F. PICART et I. SOURON Inspectrices de l’Education Nationale du bassin 8-17. • J. d’HAUTESERRE et G. BOULARD Maires du 8ème et du 17ème arrondissement. C/c : • C. KERRERO Directeur de la région académique Ile de France, A. DESTRÉS DASEN Paris, • M. TEULIER DASEN Ecoles et Collèges, C. MERCIER-BENHAMOU DASEN Lycées. • A. HIDALGO Maire de Paris, P. BLOCHE Adjoint Maire de Paris. • V. PÉCRESSE Présidente du Conseil Régional Ile-de-France. ttps://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/2020-11-04-LETTRE-OUVERTE.pdf

    • Résultats Elections collèges et lycées 2020-2021

      12 octobre 2020

      Elections des représentants des parents d’élèves collèges et lycées   Malgré les contraintes liées aux mesures de distanciation dans les bureaux de vote et aux conditions de vote, le nombre de suffrages exprimés est nettement en hausse. Cette mobilisation s’explique d’une part sur les conditions du confinement et d’autre part sur les craintes sur la poursuite des enseignements. Cependant les associations de parents d’élèves se sont impliquées d’une manière constructive et les résultats des élections en sont le reflet. Nous tenons à féliciter les équipes de la FCPE qui ont fait un travail remarquable sur le terrain mais aussi les autres associations qui finalement ont le même objectif : le bien-être commun de nos enfants. Le bassin 8ème et 17ème dispose de 10 établissements d’enseignement général dans le second degré (collèges et lycées). La FCPE est la seule association représentée dans tous les Conseils d’Administration de ces établissements.

      • Sur le total des sièges obtenu dans quatre lycées la FCPE est première avec 50% des sièges, la seconde liste obtient 35% et la troisième 15%.
      • Sur le total des sièges obtenus dans les 9 collèges la FCPE est également première avec 40% suivi de la deuxième liste avec 29%.
      • Sur l’ensemble lycées plus collèges la FCPE obtient 35 sièges au CA et la seconde association 26 sièges soit en pourcentage 42% pour la FCPE en creusant un écart de 11 points avec l’association qui se place en seconde position.
      Elections des représentants des parents d’élèves collèges et lycées   Malgré les contraintes liées aux mesures de distanciation dans les bureaux de vote et aux conditions de vote, le nombre de suffrages exprimés est nettement en hausse. Cette mobilisation s’explique d’une part sur les conditions du confinement et d’autre part sur les craintes sur la poursuite des enseignements. Cependant les associations de parents d’élèves se sont impliquées d’une manière constructive et les résultats des élections en sont le reflet. Nous tenons à féliciter les équipes de la FCPE qui ont fait un travail remarquable sur le terrain mais aussi les autres associations qui finalement ont le même objectif : le bien-être commun de nos enfants. Le bassin 8ème et 17ème dispose de 10 établissements d’enseignement général dans le second degré (collèges et lycées). La FCPE est la seule association représentée dans tous les Conseils d’Administration de ces établissements.
      • Sur le total des sièges obtenu dans quatre lycées la FCPE est première avec 50% des sièges, la seconde liste obtient 35% et la troisième 15%.
      • Sur le total des sièges obtenus dans les 9 collèges la FCPE est également première avec 40% suivi de la deuxième liste avec 29%.
      • Sur l’ensemble lycées plus collèges la FCPE obtient 35 sièges au CA et la seconde association 26 sièges soit en pourcentage 42% pour la FCPE en creusant un écart de 11 points avec l’association qui se place en seconde position.
       Nous maintenons nos exigences :
      • Que les efforts pour équilibrer la mixité scolaire soient poursuivis
      • Que la sécurité aux abords des établissements scolaires soit renforcée
      • Que toutes les mesures pour lutter contre la pollution soient prises
      • Que les réformes nécessaires liées à l’enseignement à distance soient mises en place
      • Qu’aucun enfant ne soit laissé au bord du chemin par manque de moyens ou d’implication de la communauté scolaire
      Nous avons fait une partie du chemin, notre objectif est de fédérer tous les parents de notre communauté scolaire en mettant de côté nos convictions personnelles.   Paris, le 12 octobre 2020   Paris, le 12 octobre 2020

    • Votre avis sur les apprentissages au collège depuis le 15 mars 2020

      15 juillet 2020

      Nous avons interrogé les parents d'élèves de 10 collèges situés sur les deux arrondissements 8ème et 17ème et obtenu 539 réponses ce qui nous permet d’avoir une vision significative de la situation. Dans le respect des dispositions à la protection des données personnelles, aucune interprétation des résultats comparative par établissement citant des enseignants, des parents ou des élèves n’a été retenue. Nous avons partagé les expériences positives et les propositions des familles. Cliquez sur ce lien pour obtenir les résultats:

      https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/ENQUETE-COLLEGES-POST-CONFINEMENT.pdf

      1. Intégrer les enfants laissés sur le bord du chemin ou en situation de handicap.

      2.Limiter les accès aux écrans et interdire la connexion aux sites prohibés pour les enfants.

      3.Sensibiliser les parents sur leur responsabilité quant à l’utilisation des réseaux sociaux par leurs enfants.

      4. Imaginer des solutions B, C … pour réagir en fonction de l’évolution des contraintes sanitaires.

      Aspect technique

      5. Financer des solutions pour éviter la fracture numérique (y compris l’accès à une connexion internet).

      6. Editer un guide des outils numériques et une charte d’utilisation.

      7. Créer un portail ou une application qui cadrerait l’utilisation des outils numériques proposés en permettant de créer des alertes ou un traçage des tâches effectuées ( temps de connexion, résultats des QCM, fréquentation de chaque module, répétitions en fonction du niveau d’acquisition ).

      8. Mettre en place une assistance technique pour les utilisateurs ( tutoriels, hot line , manuel…) Formation et contenu

      9. Former les enseignants aux nouveaux outils pédagogiques.

      10. Associer les parents dans le process d’enseignement à distance. et instaurer une méthode permettant de soulager les parents ( qui fait quoi?).

      11. Relayer vers l’outil CNED quand les cours qui ne peuvent pas être dispensés ( absence de l’enseignant ou manque d’enseignants dans certaines matières notamment les langues vivantes). 12. Inclure l’utilisation des outils numériques dans le programme pédagogique soit en soutien scolaire soit en remplacement dans certaines matières. Suivi

      13. Analyser les complémentarités entre les deux modes d’enseignement à distance et en présentiel. Certains élèves peuvent se révéler dans l’apprentissage à distance.

      14. Evaluer les acquisitions et prévoir des solutions de mise à niveau si nécessaire.

      15. Optimiser le mix « enseignement à distance et enseignement présentiel ».

      16. Partager instantanément les résultats des évaluations avec les parents, système d’alerte adressé par E-mail.

    • Enquête Collèges 8ème et 17ème

      25 juin 2020

      Chers parents, La crise sanitaire du COVID 19 a transformé l'école qui pourrait ne plus ressembler à ce que nous connaissions de son fonctionnement antérieur. Concernés par l'avenir de nos enfants et une résurgence potentielle du virus, les représentants des parents d'élèves en tant que membres de la communauté éducative souhaitent être force de proposition auprès des directions d'établissements, des inspecteurs et des directeurs de l'académie de Paris. C'est pour cela que nous sollicitons, par le biais de ce questionnaire, les parents en vue de dresser le bilan de ces trois mois, presque quatre, de confinement puisque de la reprise partielle qui n'a été effective que pour certains élèves. Les autres élèves ont dû poursuivre les apprentissages à distance. Nous vous remercions de partager ce questionnaire et de répondre avant le dimanche 5 juillet 2020  afin de nous permettre de tirer les enseignements de cette expérience et de bien construire nos demandes.  

      Voici votre lien d'accès direct pour répondre : https://www.askabox.fr/repondre.php?s=285352&r=SPrGWXy21KQR Ou rendez-vous sur www.askabox.fr dans le module 'Répondre à un questionnaire' avec votre code questionnaire : 285352 et votre code réponse : SPrGWXy21KQR

      Bien cordialement Contacts Hakima ALAOUI       Présidente Union Locale FCPE 8-17   E-mail : ala_hak@live.fr Philippe NOURY Vice-Président Union Locale FCPE 8-17   E-mail : ph.noury@wanadoo.fr     Site Internet UL 8-17 : https://www.fcpe75.org/unionlocale/union-locale-08/ Facebook:  RPE-17     https://www.facebook.com/groups/403464103431719/    

    • 2020 06 08 Courrier aux Inspectrices de l’Education Nationale

      9 juin 2020

      https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/2020-06-08-Réponse-UL-8-17-à-Frédérique-PICART-.pdf

    • DECONFINEMENT 1er DEGRE : REPONSE EDUCATION NATIONALE

      7 juin 2020

      https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/Courrier-Inspectrices.pdf

    • LETTRE OUVERTE DECONFINEMENT 1er DEGRE

      23 mai 2020

      De : Hakima ALAOUI Présidente, Souhad OUADDAH Vice-Présidente, Anne-Charlotte GALLAIS Trésorière et Philippe NOURY Vice-Président. Att : Maires du 8ème et du 17ème arrondissement, Inspecteurs d’Académie du bassin 8-17. C/c : Patrick BLOCHE Adjoint Maire de Paris et Marc TEULIER DASEN1 Paris Objet : Conditions du retour des enfants du premier degré (maternelles et écoles) https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2015/12/2020-05-22-LETTRE-OUVERTE-1er-DEGRE-.pdf

    • Enquête UL 8–17 sur les conditions du confinement et du déconfinement Exemplaire

      23 mai 2020

      [pdf-embedder url="https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2020/05/UL-8-17-Enquete-déconfinement-du-4-au-7-mars-2020-.pdf"]

    • Rapport d’activité UL 8-17

      31 mars 2020

      A la demande de Catherine TERSEUR et Karine LAVILLE Rédactrices en chef nous avons le plaisir de résumer nos activités. Nous nous permettons d’attirer l’attention du CDPE sur le fait que nous publions régulièrement nos compte rendu d’activité sur le mini-site qui nous est dédié par la FCPE Paris. Le CDPE a accès, comme tous les adhérents, à ces informations, à ce jour nous n’avons pas eu de retour, mais il est facile de constater que l’UL 8-17 est particulièrement active.

      1. Nos moyens de fonctionnement

      WhatsApp : pour échanger et alerter : Union Locale FCPE 8/17 Site Internet FCPE UL 8-17 : pour publier https://www.fcpe75.org/unionlocale/union-locale-08/ Serveur FCPE : pour adresser des courriels aux CL’s Facebook : RPE-17 pour partage Remarque : Nous rencontrons beaucoup de difficultés avec le serveur FCPE : SPAMS, mises à jour non faites des destinataires, si bien que nous avons dû constituer notre fichier pour contacter les Présidents de CL et les correspondants UL. 2. Activité

      Pollution établissements scolaires : Echanges avec le Maire du 17ème concernant 15 écoles dont le taux de pollution au dioxyde d’azote est supérieur aux normes et à l’absence d’outils de mesure obligatoires. Remarque : Aucun CL n’ayant de personnalité juridique, seul le CDPE pourrait déposer une plainte contre la Mairie de Paris.

      Langues étrangères : L’offre en possibilité d’apprentissage étant largement insuffisante dans le 8ème et le 17ème, nous avons demandé au Maire de saisir le Ministre de l’Education Nationale. Dans sa réponse le Ministre recommandait de se rapprocher du Directeur d’Académie pour trouver une solution. Remarque : Une motion sera présentée par l’UL 8-17 au prochain congrès.

      Prévention harcèlement et violence : Une première enquête a été faite, elle sera complétée avec la violence numérique et l’exposition aux écrans. Remarque : Une motion sera présentée par l’UL 8-17 au prochain congrès. 3. Temps forts

      Elections municipales : A la demande du CDPE nous avons adressé le questionnaire à tous les candidats, seule Assia MEDDAH, tête de liste Cédric VILLANI a répondu. A noter que le Maire sortant LR n’a pas répondu. Il s’emblerait que seulement trois candidats à la Mairie de Paris aient répondu à la FCPE. Remarque : Nous devons nous interroger sur la pertinence d’un questionnaire de 54 questions et sur la disponibilité des candidats.

    • Pollution dans les Ecoles : Courrier du 19 nov 2019 à Geoffroy Boulard Maire du 17ème

      31 mars 2020

      https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2019/12/2019-11-19-G.BOULARD_UL-FCPE-8-17-1.pdf

    • Réponse de Geoffroy BOULARD Maire sortant du 17ème sur la lutte contre la pollution dans les écoles

      7 mars 2020

      Les avis des politiques sont très contrastés sur la pollution à Paris certains vont jusqu’à affirmer qu’il a amélioration. Sans outil de mesure incontestable il est impossible de construire quoique ce soit pour protéger nos enfants. Le décret du 17 août 2015 est clair et nous n’arrivons pas à comprendre pour qu’elle raison il n’est pas appliqué alors que les chefs d’établissements sont favorables. Cela permettrait de faire cesser des rumeurs qui circulent et de cibler les efforts.

      Dans notre arrondissement Il semblerait que 15 d’établissements scolaire aient été identifiés par Airparif « Observatoire de la qualité de l’air en Île-de-France » sachant que la mesure est faite aux abords mais pas à l’intérieur des écoles.

      [pdf-embedder url="https://www.fcpe75.org/wp-content/uploads/2020/03/courrier-M-Noury.pdf"]

    • 2019 11 18 Surveillance de la qualité de l’air : Courrier Maire du 17ème

      16 décembre 2019

      A l’attention de Geoffroy BOULARD

      Paris, le 18 novembre 2019

      Objet : Surveillance de la qualité de l’air

      Monsieur le Maire,

      L’incendie de Notre Dame de Paris a lancé le débat sur la pollution résiduelle au plomb mais également sur les autres polluants comme le Dioxyde d’azote.

      Les représentants des Parents d’Elèves nous ont fait part de leurs inquiétudes sur l’évolution pollution aux abords et à l’intérieur des établissements scolaires publics de notre arrondissement.

      Selon l’Observatoire de la qualité de l’air en Île-de-France le niveau Dioxyde d’azote serait supérieur à 40 μg/m3 aux abords de 15 établissements scolaires du 1er degré situés dans le 17ème arrondissement.

      Vous savez connaissez certainement l’obligation de mise en place de mesures de surveillance de la qualité de l’air depuis le 1er janvier 2018 pour les établissements d’accueil collectif d’enfants de moins de six ans et les écoles maternelles et à partir du 1er janvier 2020 pour les accueils de loisirs et les établissements d’enseignement du second degré.

      Il semblerait qu’un rapport de la DASCO ait précisé les mesures prises ou à prendre localement. Nous souhaiterions vous rencontrer afin de connaître votre position et répondre positivement aux représentants des parents d’élèves.

      En vous remerciant par avance pour l’intérêt que vous portez à la vie scolaire de nos enfants, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de notre considération la plus distinguée.

      Hakima ALAOUI                                                                             Philippe NOURY   C/c : Alix BOUGERET      

    • Quelques conseils aux CL’s du premier degré pour bien communiquer

      26 juillet 2018

      Avant d’aborder la communication, il est important de bien se positionner dans la communauté scolaire dont vous faites partie. Vous êtes représentant de tous Parents d’élèves et accessoirement parents de vos enfants. Il est important dans votre relation avec les institutions de ne pas favoriser l’amalgame des rôles qui pourraient vous être reprochés et de nature à discréditer vos actions. Quand un litige vous concerne n’hésitez pas à vous faire assister par un autre représentant des parents d’élèves. Cela étant précisé, voici une liste de conseils qui pourront vous être utiles pour réussir la communication de votre CL. (suite…)

    • Courrier au Ministre de l’Education Nationale

      21 juin 2018

      A l’attention de Monsieur Jean-Michel BLANQUER

      Paris, le 20 juin 2018

      Monsieur le Ministre, Nous vous remercions de nous avoir fait l’honneur de commencer votre Tour de France « Ensemble pour l’école de la République » dans le 17ème arrondissement. L’hôtel IBIS Clichy-Batignolles est situé dans la partie orientale de l’arrondissement mais aussi dans la 3ème circonscription où la mixité sociale fait partie des préoccupations quotidiennes des parents d’élèves. Au cours de cette rencontre du 29 mai, nous n’avons pas pu nous exprimer. Nous sommes convenus avec Monsieur Stanislas GUERINI, notre député, de vous transmettre par écrit nos questions. Pour faciliter les questions nous avons choisi de les placer en face des promesses de campagne Vous trouvez donc ci-attaché les questions qui reflètent les demandes exprimées par les différentes associations de Parents d’Elèves. Si la mise en place d’AFFELNET et de PARCOURSUP nous inquiète, il nous parait prématuré de tirer des conclusions même si les premières remontées font apparaître des disfonctionnements. Nous reviendrons vers vous lorsque nous aurons plus de recul. Compte tenu du chantier titanesque de la réforme qui va s’inscrire au-delà du quinquennat nous suggérons la création d’un Conseil de sages sans étiquette politique qui sera chargé de suivre l’application et l’évaluation des réformes sur le long terme. Une plus grande transparence de la synthèse des résultats nationaux à chaque niveau permettrait d’apprécier concrètement les progrès. Nous restons à votre écoute et vous remercions pour l’intérêt que vous manifesterez pour nos questions. Dans l’attente de votre retour, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre très haute considération. Hakima ALAOUI Présidente UL 8-17  &Philippe NOURY Vice - Président UL 8-17 Administrateurs FCPE Paris

      C/c : Ilana CICUREL, Stanislas GUERINI et Présidents des Conseils de Parents d’élèves du 17ème arrondissement de Paris.   (suite…)

    • Un Tour de France qui démarre mal.

      13 juin 2018

      "Ensemble pour l'Ecole de la République"

      Ilana CICUREL ne nous est pas inconnue, puisqu'elle avait perdu d’une courte tête les dernières législatives dans la 4ème circonscription de Paris face à la Maire du 17ème Brigitte KUSTER.

      Ilana CICUREL, créatrice et conceptrice du Tour de France « Ensemble pour l'Ecole de la République », présente et analyse assez objectivement la situation de l’école publique. Selon la dernière enquête PISA, la France arriverait sur 52 pays à la dernière place à la question sur l’égalité des chances ce qui est inacceptable pour le pays dit des droits de l’homme. Pour mémoire la France est à la 30ème place sur le niveau d’éducation à la fin de l’école primaire. Cette série de réunions commence au cœur de la 3ème circonscription de Paris, à l’hôtel IBIS Clichy-Batignolles, son objectif est de favoriser le dialogue avec les acteurs locaux de notre école : institutionnels, enseignants, partenaires et parents d’élèves. Ilana CICUREL souligne que la réforme ne doit pas s’inscrire dans un programme à court terme ou à moyen terme mais sur le long terme puisque les résultats ne pourront pas être appréciés avant la fin du quinquennat.  Le problème étant largement débattu, c’est à Jean-Michel BLANQUER, ministre de l'Éducation nationale de présenter ses réformes.

      Le Tour de France commence mal puisque le Ministre s’est fait attendre avec  plus d'une heure de retard. Aux premiers rangs, on reconnaissait les figures habituelles de La République En Marche. Enfin le Ministre, tant attendu, commence par un brillant exposé n’apportant pas de nouveautés à ce que les médias avaient déjà partagé. La qualité d’expression le choix des mots et des citations sont remarquables et nous laissent admiratifs, bien que la stratégie soit confuse ou éludée. Pour mémoire le mot Stratégie vient du grec « Stratus » Armée et « Agien » conduire. En fait le ministre dispose d’une armée et ne nous explique pas comment il va la conduire à la victoire.

      Il aurait été certainement plus percutant de faire le bilan de cette première année avec les obstacles rencontrés et les réalisations. Ensuite il aurait été facile de présenter des objectifs au cours du quinquennat et dans quinze ou vingt ans en créant un Conseil des sages représentatif de toutes les tendances qui serait le garant du projet

      .

      Jean-Michel BLANQUER, ministre de l'Éducation nationale ; confirme qu’il allait diviser par deux les effectifs des classes de CP et de CE1 en REP et REP+, mesure la plus importante prise en faveur de l’éducation prioritaire depuis la création des ZEP en 1981. Il prend pour exemple de réussite l’Ecole Élémentaire Bessières présentée par sa Directrice Madame Juliette BAYER qui valorise allègrement ses résultats alors que la réalité est bien autre. En fait cette école est évitée par beaucoup de parents, certains déménagent pour protéger leurs enfants après avoir fait de multiples demandes de dérogation systématiquement refusées. D’autres, qui ont plus de moyens, s’orientent vers le privé. La violence, le harcèlement et même les agressions sexuelles font partie du quotidien. La vérité est bien cachée alors que le déséquilibre en termes de mixité sociale est flagrant selon les habitants du quartier.  Il est urgent de donner plus de moyens et de l’attractivité à cette école mais on ne peut pas la déplacer puisqu’elle est essentiellement encadrée par des logements sociaux.

      Les promesses de campagnes du candidat Emmanuel MACRON étaient claires pourtant les réponses aux questions sont évasives, elles sont impossibles à poser compte tenu du retard du Ministre, de la longueur de son exposé et de ses rares réponses qui ne laissent pas de place pour le dialogue.  N’ayant pas pu nous exprimer, il nous a paru constructif de reprendre les objectifs qui avaient été exposés lors de la campagne présidentielle et de poser directement les questions par écrit.

      Initialement le Ministre avait décidé d’aborder la globalité de l’enseignement de la maternelle à l’enseignement supérieur et malheureusement il n’y avait plus de place pour échanger sur l’algorithme AFFELNET et sur PARCOURS SUP qui sont extrêmement préoccupants.  Ainsi beaucoup de personnes qui s’étaient mobilisées pour écouter le Ministre sont restées sur une mauvaise impression et n’ont pas pu s’exprimer.  Il semblerait que cette technique de débat « soi-disant » démocratique fasse école dans l’entourage du Président MACRON. On prend la parole et on ne la lâche pas si bien que les journalistes ou les intervenants ne peuvent pas s’exprimer jusqu’au moment où le gong sonne la fin du match.

      Pour essayer de terminer sur des aspects positifs :
      • Le Ministre s’explique sur le rythme scolaire en reconnaissant que selon la situation géographique la semaine de 4 jours à la place de 4 jours et demi est plus pertinente car liée aux distances de déplacement pour se rendre à l’école. En montagne ou à la campagne la semaine de 4 jours s’impose alors qu’à Paris la proximité permet de rester sur l’ancien système. La décision revient donc au Maire qui est souverain.
      • Les classes bi-langues, à partir de la sixième, ont été rétablies dès la rentrée scolaire 2017-2018.
      • Le dédoublement des classes situées en REP se met en place en fonction des contraintes techniques de chaque école.
      • Le Ministre a approuvé l’expérience de secteur multi-collège qui a été initiée non sans difficultés dans le 18ème L’expérience devrait être réitérée sur d’autres territoires mais sans préciser où ?
      • Enfin le Ministre de l’Education Nationale présentera chaque année des budgets régulièrement en hausse afin d’atteindre les objectifs ambitieux qu’il s’est fixé.

      En conclusion, cette première étape de ce futur « Tour de France » parait mal réglée ou à revoir : horaires non respectés, manque de clarté dans l’exposé, stratégie confuse, moyens non chiffrés et surtout absence de planification sur le long terme.

      Le premier objectif pourrait être de remonter de 10 places dans le classement PISA tous les 3 ans afin de se retrouver sur le podium dans 9 ans.  Ainsi avant la fin du quinquennat nous serions au vingtième rang ce qui permettrait de mesurer les résultats de l’équipe en place.

      Disons que le Ministre ne donne pas le cap et nous embrouille dans un beau discours. Le danger c’est que finalement la recette a fait ses preuves en politique où il faut éviter d’être pragmatique. Le « vous comprenez… » annonce un discours fleuve qui ne veut rien dire inspiré de notre humoriste Pierre DAC.

    • Résultats Elections CDPE FCPE Paris 71me Congrès

      11 juin 2018

      (suite…)

    • 31 mars 2018 Réunion d’information sur la Mixité Scolaire Mairie du 18ème

      5 avril 2018

      A l’initiative de Laurent Boulanger, Président de l’union locale FCPE du 18ème , une réunion d’information sur la mixité scolaire a pu être organisée samedi 31 mars sous les lambris de la Mairie d’arrondissement. L’impressionnante qualité des intervenants devait permettre de répondre aux questions que nous nous posons tous.

      (suite…)

    • Notre enquête ” Relations Parents-Ecole

      28 février 2018

      La relation " Parent-école"  faisant l'objet de beaucoup de commentaires dans la presse suite au rapport des députés  BERGE et DESCAMPS, nous souhaiterions avoir l'avis des représentants des parents d'élèves.

      Nous vous remercions de consacrer au maximum cinq minutes pour remplir ce questionnaire qui va nous permettre d’évaluer la situation en cours d'année dans chaque établissement et d'en tirer une conclusion globale.

      Pour répondre cliquer sur ce lien  

    • Revue de presse Rapport Bergé -Descamps

      11 février 2018

      Le rapport de  Mesdames Aurore Bergé (LREM) et Béatrice Descamps (UDI) étant controversé sur les réseaux sociaux, nous avons choisi de le diffuser dans son intégralité et de vous présenter une première revue de presse non exhaustive qui vous permettra d’apprécier à chaud les différents points de vue. (suite…)

    • Rapport Bergé – Descamps

      11 février 2018

      A l’Assemblée Nationale, le mercredi 31 janvier 2018, dans le cadre de la commission des Affaires Culturelles et de l’Education, Mesdames Aurore Bergé (LREM) et Béatrice Descamps (UDI) ont été entendues comme Co-rapporteurs de leur mission « flash » sur les relations école-parents. (suite…)


      Conseils Locaux de cette Union locale